Connectez-vous

Accueil

Articles

Publié le 26 oct. 2014 Modifié le : 15 mai 2016

Écrire à l'auteur

Le  dimanche 26 octobre 2014

L'internet, un objet philosophique?, par Paul Mathias

Les dossiers de l’ingénierie éducative – Philosophie et TICE

  • Un double mouvement de curiosité porte vers le thème « Philosophie et technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement » : • chacun souhaite évidemment savoir comment la première aborde les secondes ; • quant à eux, les enseignants de la discipline expérimentent des TICE dont le potentiel pédagogique ne se réduit pas à l’exploitation des ressources textuelles sur le Web. Au sommaire du dossier : • Réfléchir sur l’Internet. Réfléchir avec l’Internet • L’enseignement de la philosophie devant les TICE • Contraste et diversité : les pratiques des professeurs de philosophie • Une expérience collégiale ou y a-t-il deux pilotes dans l’avion ? • La question des ressources • L’internet, un objet philosophique ? Le dossier Philosophie et TICE du Cndp offre également une soixantaine de liens vers des sites web sur la philosophie.

    Il y a bien des manières d’étudier l’Internet. Par le biais des sciences mathématiques, au premier chef, notamment dans leurs parties consacrées à l’algorithmique, à la base de toute programmation ; des sciences physiques également, qui peuvent s’intéresser aux flux communicationnels et les mesurer, pour anticiper le dimensionnement des canaux informatiques. Parmi les sciences humaines, la sociologie étudie les usages, et contribue à l’optimisation des services; la psychologie examine la façon dont l’expérience des réseaux nous affecte, et aide à l’assimilation de l’outil informatique ; l’anthropologie, plus généralement, peut s’intéresser aux groupes, aux microsociétés se formant sur les réseaux, et débusquer de nouvelles figures de la socialité et de la culture.

     

    Mais la philosophie ? Démunie d’instruments de mesure, incompétente à calculer, superficielle ou générale dans ses élans anthropologiques, elle ne présente guère d’utilité pour ceux qui, de près ou de loin, travaillent dans les champs de l’Internet, auxquels ontologie, principes, être, métaphysiques, sémantique même, ne sont que d’obscures imaginations appartenant à un passé révolu. Y a-t-il dès lors place, dans les études consacrées à l’Internet, pour une « diktyologie », un examen et une interprétation de l’être même du Réseau ? Et est-il vraiment « approprié » de considérer l’Internet comme un « objet philosophique » ?

     

    A lire également

    La Cité Internet, Presse de Science Po, 1997.

    Des libertés numériques, PUF, Paris, 2008.

    Qu’est-ce que l’internet ?, Vrin, Paris, 2009.


    « Métamorphoses du pédagogue », Médium, n°44-45, 2015.