Connectez-vous

Accueil

Ep. composée

Publié le 15 févr. 2015

Écrire à l'auteur

Le  dimanche 15 février 2015

Enoncé Ec 21 (cho., pol. UE)

M.C Boutroux, J. Boulle

  • BACCALAUREAT BLANC

     

    SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES

    Série : ES

     

    DURÉE DE L’ÉPREUVE : 4 heures

     

    L’usage de la calculatrice est strictement interdit

     

     

    Épreuve composée

     

    Cette épreuve comprend trois parties.

    1 – Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles dans le cadre de l’enseignement obligatoire.

    2 – Pour la partie 2 (Étude d’un document), il est demandé au candidat de répondre à la question en adoptant une démarche méthodologique rigoureuse de présentation du document, de collecte et de traitement l’information.

    3 – Pour la partie 3 (Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet :

    - en développant un raisonnement ;

    - en exploitant les documents du dossier ;

    - en faisant appel à ses connaissances personnelles ;

    - en composant une introduction, un développement, une conclusion.

     

    II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

     

     

    Première partie : Mobilisation des connaissances (6 points)

     

    1)      Distinguez la théorie des classes de Karl Marx et la stratification sociale de Max Weber.

     

    2)      Présentez les différentes formes d’égalité que doivent atteindre les pouvoirs publics pour contribuer à la justice sociale.

     

    Deuxième partie : Etude d’un document

     

    Question : Vous présenterez le document, puis vous caractériserez le taux de chômage en fonction du niveau de diplôme.

     


    Document : Nombre de chômeurs et taux de chômage en 2013

     

     

    Taux de chômage

    Nombre de chômeurs en milliers

    Ensemble (en %)

    Femmes (en %)

    Hommes (en %)

    Ensemble

    2813

    9,8

    9,7

    10,0

    15-24 ans

    654

    23,9

    24,2

    23 ,7

    25-49 ans

    1652

    9,1

    9,1

    9,2

    50 ans et plus

    507

    6,5

    6,4

    6,7

    Catégories socioprofessionnelles

     

     

     

     

    Agriculteurs exploitants, artisans, commerçants et chefs d’entreprise

    94

    4,3

    4,6

    4,2

    Cadres et prof. intellectuelles supérieures

    183

    3,9

    3,9

    3,9

    Professions intermédiaires

    355

    5,2

    4,9

    5,5

    Employés

    808

    10,0

    9,8

    10,5

    Ouvriers

    910

    14,6

    17,9

    13,8

    Indéterminé

    464

    93,0

    92,0

    93,9

    Niveau de diplôme

     

     

     

     

    Sans diplôme ou CEP

    687

    16,8

    16,5

    17,1

    Brevet des collèges, CAP, BEP

    957

    10,9

    11,2

    10,7

    Baccalauréat

    571

    10,1

    10,6

    9,6

    Bac + 2

    249

    5,7

    5,5

    5,8

    Diplôme supérieur au Bac +2

    344

    6,1

    6,0

    6,2

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Champ : population active de 15 ans ou plus, vivant en France métropolitaine, hors communautés.

    Source : Insee, INSEE première Septembre 2014

     

     

    Troisième partie : Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10 points)

     

    Sujet : A partir du dossier documentaire et de vos connaissances,  vous montrerez qu’il est difficile de mettre en œuvre  des politiques conjoncturelles dans l’Union européenne.

     


    DOCUMENT 1 : Taux de chômage, en 2008 et en 2013, en %

     

     ec doc1

    Champ : population des ménages, personnes de 15 à 74 ans

     Source : Eurostat, enquêtes sur les Forces de travail (extraction en août 2013)

     

     

    DOCUMENT 2 :

     

    Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé ce jour un programme étendu d’achats d’actifs (1). À travers ce programme, dont l’objectif est de remplir son mandat de stabilité des prix, la BCE va ajouter des achats d’obligations souveraines (2)  à ses programmes en vigueur d’achats d’actifs du secteur privé afin de faire face aux risques d’une période trop prolongée de faible inflation. Le Conseil des gouverneurs a pris cette décision alors que la plupart des indicateurs de l’inflation effective et attendue dans la zone euro ont dérivé vers des planchers historiques. Dans la mesure où des effets de second tour potentiels sur le processus de formation des salaires et des prix menaçaient d’affecter l’évolution des prix à moyen terme, une réaction vigoureuse de la politique monétaire était indispensable. Les achats d’actifs fournissent un soutien monétaire à l’économie dans un contexte de taux d’intérêt directeurs de la BCE se situant à leur niveau plancher. Ils constituent un nouvel assouplissement des conditions monétaires et financières, réduisant le coût de l’accès au financement des entreprises et des ménages. Cela tend à soutenir l’investissement et la consommation et contribue, in fine, à un retour de l’inflation vers des niveaux proches de 2%.

     

    Source : Banque Centrale Européenne, Euro système, Communiqué de Presse du 22 janvier 2015, www.banque-france.fr.

     

    (1) Actif : Élément d'un patrimoine. On distingue plusieurs types d'actifs :

    -          les actifs réels : actifs corporels (biens immobiliers par exemple) et actifs incorporels (brevets, fonds de commerce,...);

    -          les actifs monétaires : moyens de paiement inclus dans la masse monétaire;

    -          les actifs financiers : titres financiers, autres placements financiers.

    (2) Une obligation souveraine est une obligation émise par un gouvernement national, dans une devise autre que la sienne.

     

     

    DOCUMENT 3 : Dette publique* (en % du PIB en valeur)

     

     ec doc3

     

     

    *Dette publique : ensemble des emprunts contractés par l’État,  les collectivités territoriales et les organismes de Sécurité sociale