Connectez-vous

Accueil

AP Terminale

Publié le 05.03.2015

Écrire à l'auteur

Le  Donnerstag, 5. März 2015

AP TES Corr. EC3 (s)

Remédiation. Enoncé. L. Auffant

  • Épreuve composée 3 de SES – TES 1 –

     

    L’usage de la calculatrice est strictement interdit.

     

    Cette épreuve comprend trois parties.

    1 - Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles dans le cadre du programme de l'enseignement obligatoire.

    2 - Pour la partie 2 (Étude d'un document), il est demandé au candidat de répondre à la question en adoptant une démarche méthodologique rigoureuse de présentation du document, de collecte et de traitement de l'information.

    3 - Pour la partie 3 (Raisonnement s'appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet :

    - en développant un raisonnement ;

    - en exploitant les documents du dossier ;

    - en faisant appel à ses connaissances personnelles ;

    - en composant une introduction, un développement, une conclusion.

     

    II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

     

     

    Première partie : mobilisation des connaissances (6 points)

     

    1)      Qu'est-ce qui distingue l'approche des classes sociales chez Marx et Weber ? (3 points)

     

    2)      Comment la taxation permet-elle d'agir sur la préservation de l'environnement ? (3 points)

     

     

    Deuxième partie : étude d’un document (4 points)

     

    Question : après avoir présenté le document, vous comparerez les évolutions de l’activité économique dans les différentes zones géographiques.

     

    Document : croissance annuelle du PIB en volume entre 1999 et 2012 (en %)

     

     

    Moyenne annuelle 1999-2008

    2009

    2010

    2011

    2012 (prévisions)

    Monde

    3,8

    - 1,2

    5,0

    3,8

    3,4

    États-Unis

    2,5

    - 3,5

    3,0

    1,7

    2,0

    Zone euro

    2,1

    - 4,2

    1,8

    1,6

    0,2

    Japon

    1,2

    - 6,3

    4,1

    -0,3

    2,0

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : Perspectives économiques de l’OCDE, n° 90, 2011.


     

    Troisième partie : raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10 points)

     

    À l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, montrez les effets de l’évolution de la structure par catégories socioprofessionnelles sur la mobilité sociale.

     

    DOCUMENT 1

     

    En 2003, 65 % des hommes âgés de 40 à 59 ans exercent un métier dans une catégorie socioprofessionnelle différente de celle de leur père. […] Entre les années soixante-dix et aujourd’hui, l’agriculture a poursuivi son déclin séculaire(1). L’industrie a marqué le pas avant de décliner à son tour, provoquant une forte diminution du nombre d’ouvriers. Entre 1977 et 2003, la proportion d’ouvriers parmi les actifs est passée de 36 % à 20 %, celle d’agriculteurs de 7 % à 3 %. À l’inverse, la part des cadres et des professions intermédiaires dans la population active est passée de 21 % en 1977 à 38 % en 2003, accompagnant le développement des activités tertiaires(2). Les classes moyennes et supérieures du salariat sont donc forcément constituées de membres d’origines diverses. Les fils d’ouvrier et d’agriculteur accèdent aux catégories supérieures du salariat en raison de ce formidable appel d’air(3) et non pas d’une réelle évolution de l’égalité des chances. Le nombre d’artisans, commerçants et chefs d’entreprise est également en diminution.

    Entre la génération des pères et celle des fils, 1,8 million de changements de groupe social au minimum auraient été nécessaires compte tenu de la chute du nombre d’agriculteurs et du déclin de l’emploi industriel, et de la croissance du salariat et du secteur tertiaire. Au total, en 2003, le contexte macroéconomique joue pour 40 % dans les changements de milieu social. […]

    En 1977, 57 % des fils occupaient une position différente de celle de leur père, contre 65 % en 1993 et en 2003. […] Cependant, l’écart entre la structure sociale des pères et la structure sociale des fils était moindre en 1977 qu’en 1993 ou aujourd’hui. […]

    Les générations interrogées en 1993 et celles interrogées en 2003 n’ont pas connu tout au long de leur vie active les mêmes environnements économiques. Les hommes qui ont de 40 à 59 ans en 2003 ont, en majorité, débuté leur carrière après le choc pétrolier de 1973, à un moment où la conjoncture s’est dégradée fortement et où le chômage s’est accru. En revanche, les hommes ayant eu de 40 à 59 ans en 1993 sont entrés dans la vie active à un moment où le contexte économique était bien plus favorable. En plus d’une insertion professionnelle plus difficile, les hommes interrogés en 2003 ont moins souvent bénéficié d’une promotion que la génération précédente.

    Source : « En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué », Données sociales, DUPAYS Stéphanie, 2006.

    (1) Déclin s’étalant sur une longue période.

    (2) Activités de services.

    (3) Ouverture de nouvelles possibilités.

     

     

    DOCUMENT 2

     

    Catégorie socioprofessionnelle du fils en fonction de celle du père en 2003

     

    En % (1) à l’exception de la colonne « effectifs fils » et de la ligne « effectifs pères » en milliers

     

    tab-ms 1

     

    Champ : hommes actifs ayant un emploi ou anciens actifs ayant eu un emploi, âgés de 40 à 59 ans en 2003.

     Source : Enquête Formation et Qualification Professionnelle (FQP), INSEE, 2003.

     

    Lecture : en 2003, 7 045 000 hommes âgés de 40 à 59 ans ont un emploi ou sont d’anciens actifs occupés. Parmi eux, 2 364 000 sont ouvriers, soit 34 % des hommes de cette classe d’âge. Plus généralement, dans chaque case, le premier chiffre (celui du haut)  indique l’origine et le second chiffre (celui du bas) indique la destinée : 2 % des ouvriers sont fils de cadres et 9 % des fils de cadres sont ouvriers.

     

    (1) Données arrondies