Vous êtes ici  :   Accueil > Développer l'EMI > Presse
Connectez-vous

Accueil

Presse

Publié le 11 juin 2016 Modifié le : 19 juin 2016

Écrire à l'auteur

Le  samedi 11 juin 2016

Le traitement médiatique des attentats : hiérarchie, images, rumeurs

Alexandra Nicolle, Lycée professionnel Louis Blériot, Marignane, 2015-2016, Education aux médias et à l'information, A.P.

  • Unes attentats Bruxelles

     

    NIVEAU / DUREE / CADRE : 2nde (18 élèves) - 2 heures dans le cadre du module EMI en 2nde Bac pro assuré par la professeure-documentaliste - accompagnement personnalisé.

    Voir organisation générale du module et de l'AP : Education aux médias et à l'information : un module dans le cadre de l'accompagnement personnalisé en 2nde bac pro

     

    DESCRIPTION DE L'ACTIVITE / OBJECTIFS GENERAUX:

    Internet a changé la façon de s'informer. Nous l'avons vu dans la séance précédente. Du journal papier au journal en ligne : quels bouleversements?

    Et ce n'est plus forcément nous qui allons à l'information, mais les informations qui viennent à nous, via les réseaux sociaux, les notifications d'application, les chaîne d'information en continu, quasi-instantanément, abondamment... Alors dans ce flot, comment se repérer? Comment savoir si une information est vraie? Comment savoir si elle est objective?

    La première activité vise à montrer que si les réseaux sociaux sont des accélérateurs, des "démocratiseurs" exceptionnels d'information, ce sont aussi des catalyseurs de rumeurs.

    La seconde activité permet de constater que les médias traditionnels ne sont pas soustraits à une certaine subjectivité : choix des Unes, des titres, des images, des informations...

    Les activités ont pris ancrage dans les attentats qui ont marqué la France puis la Belgique les 13/11/2015 et  22/06/2016. Alors que ce genre d'évènement au retentissement mondial est propice à la diffusion de rumeurs et autres théories du complot, il permet de souligner que si les journaux sont unanimes dans la hiérarchie de l'information, son traitement varie suivant les choix éditoriaux des rédactions.

     

    DEROULEMENT DE LA SEANCE

     

    Introduction et présentation des objectifs

     

    Activité 1 : info ou intox, comment déjouer les rumeurs? / Les effets positifs des réseaux sociaux

    Attentats du 13-11-2015 et rumeurs activité 1 élève

    Attentats du 13-11-2015 et rumeurs activité 1 prof

     

    Activité 2 : face à l'évènement, les images

    Quelles sont les UNES choisis par les journaux français et internationaux le 14/11/2016? Et si c'était vous, quel choix auriez-vous fait?

    Un deuxième exercice suit. Il consiste à choisir le dessin de presse publié sur les réseaux sociaux qui touche le plus les élèves et justifier le choix.

    Attentats du 13-11-2015 activité 2 élèves

    Attentats du 13-11-2015 activité 2 prof

     

    A la suite des attentats de Bruxelles, j'ai modifié l'activité 2. Même travail sur les UNES de presse, puis 2 questions sur le traitement de l'information :

    - quel avis sur l'utilisation en UNE de grands quotidiens de clichés récuprés sur Twitter jugé obscène par certains lecteurs?

    - pourquoi parle-t-on plus des attentats de Paris ou de Bruxelles que de l'attentat de Grand Bassam?

    Attentats de Bruxelles activité 2 élève

    Attentats de Bruxelles activité 2 prof

     

    Les activités sont ramassées et corrigées. Un bilan est fait à la fin de la séance ou au début de la séance suivante.

     

    OBJECTIFS (PACIFI):

    - Identifier  les  sources  et  les  circuits  de  l'information. 

    - Interroger la crédibilité d’une source, être capable de vérifier la date de mise à jour, l’identité de l’auteur, mais aussi sa motivation, son rapport au sujet traité.

    - Recouper les informations recueillies.

    - Distinguer la part de l'information et celle de l'opinion. Evaluer différentes productions médiatiques : fiabilité, qualité esthétique, pertinence...

    - Prendre conscience de la place et de l’influence des médias dans la société : connaître les caractéristiques m et l’économie des médias, connaître les liens entre médias et démocratie.

     


    NOTIONS (PACIFI) :
    Médias d’information, Utilisation éthique de l’information,

     

    COMPETENCES DU SOCLE TRAVAILLEES

    Domaine 2 : Médias, démarches de recherche et de traitement de l'information, outils numériques pour échanger et communiquer

    (L'élève) identifie les différents médias (presse écrite, audiovisuelle et Web) et en connaît la nature. Il en comprend les enjeux et le fonctionnement général afin d'acquérir une distance critique et une autonomie suffisantes dans leur usage.

    Domaine 3 : La formation de la personne et du citoyen : la règle et le droit, réflexion et discernement. 

    L'élève exprime ses sentiments et ses émotions en utilisant un vocabulaire précis.

    (...) Il est capable aussi de faire preuve d'empathie et de bienveillance.

    L'élève vérifie la validité d'une information et distingue ce qui est objectif et ce qui est subjectif. Il apprend à justifier ses choix et à confronter ses propres jugements avec ceux des autres. Il sait remettre en cause ses jugements initiaux après un débat argumenté, il distingue son intérêt particulier de l'intérêt général. Il met en application et respecte les grands principes républicains.

     

    OUTILS UTILISES : postes informatiques, module devoirs de IACA, vidéo-projecteur.

    Des padlets (merci aux collègues pour les ressources et pour l'idée) :

    - https://fr.padlet.com/balet_hg/Unes14112015

    - https://fr.padlet.com/leeloulaprofdoc/syssolexx4qa

    - https://padlet.com/alex_nicolle/kizb4dkaoion

     

    Des collections pearltrees : https://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10391426/fr/apres-les-attentats-du-13/11/2015-enseigner-eduquer

     

    L'avis du professeur-documentaliste :

    Ces activités sont directement en lien avec le programme de français 2nde : "la construction de l'information".

    Les élèves ont été très intéressés et actifs lors de cette séance, qui leur a permis à mon sens à la fois d'exprimer leurs émotions face à un évènement de telle ampleur et de mettre la distance nécessaire au temps de la réflexion.