Connectez-vous

Accueil

Oral (EO)

Publié le 21.05.2018

Écrire à l'auteur

Le  Montag, 21. Mai 2018

DS, énoncé, oral, 2h

Sur 3.2.1., 3.2.2. et 2.2.1.

  •  Contrôle de SES sur les chapitres 2.1 et 2.2 des regards croisés et sur le chapitre 2.1 de sociologie

    L’usage de la calculatrice est strictement interdit
    .

     

    QUESTION PRINCIPALE (10 POINTS) :

    Vous montrerez que l’école est source d’intégration sociale.

    QUESTIONS COMPLÉMENTAIRES (10 POINTS) :

    Question complémentaire de savoir-faire (3 points)

    1. Lisez les deux données soulignées afin d’en comprendre le sens.

    Questions complémentaires de connaissances

    2. Expliquez en quoi consiste le salaire d’efficience. (4 points)

    3. Qu’est-ce que la demande anticipée ? (3 points)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Document 1 : accès à l’emploi selon le diplôme des jeunes entrés dans la vie active en 2007, en France (en %)

     

     

    Principaux contrats lors de la première embauche

    Temps partiel

    Contrat à durée indéterminée (CDI)

    Contrat à durée déterminée (CDD)

    Non-salariés

    Total

    Non-diplômés

    20

    74

    6

    100

    21

    CAP-BEP (1)

    29

    67

    4

    100

    18

    Baccalauréat

    24

    73

    3

    100

    22

    Bac + 2

    30

    66

    4

    100

    13

    Licence

    37

    61

    2

    100

    20

    Bac +5-Master 2

    51

    46

    3

    100

    8

    Ensemble

    31

    65

    4

    100

    17

    Source : d’après Quand l’école est finie. Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq), 2012.

     

    Champ : jeunes ayant occupé au moins un emploi au cours de leurs trois premières années de vie active.

    (1)    CAP-BEP : le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) et le brevet d’études professionnelles (BEP) sont des diplômes de la formation professionnelle en France. 

     

    Document 2

    L’évolution historique a conduit à accorder une place de plus en plus grande à l’école dans le processus de socialisation. [...] L’école est également le résultat d’un ensemble de projets, édifiés notamment par l’État, visant à édicter des normes sociales et à les imposer à un moment où l’individu est jugé plus malléable : de la formation du citoyen, à la nécessité de préparer à la vie active, l’école se voit assigner des objectifs qui débordent et de loin la transmission de savoirs. [...] La scolarisation était, au début du XXème siècle, déjà assurée dans l’enseignement primaire (premier degré) mais, en revanche, la progression de la scolarisation dans les collèges et les lycées (second degré) n’a cessé d’augmenter depuis (l’âge de la scolarité obligatoire, prolongé à 16 ans en 1959, est, dans les faits, dépassé la plupart du temps aujourd’hui), particulièrement depuis les années 1960. L’enseignement supérieur a connu –avec un certain décalage- le même phénomène. […] Cette « massification » de l’enseignement secondaire entreprise à partir des années 1960, et de l’Université, à compter des années 1980, a pour effet de doubler la moyenne du temps passé à l’école depuis le début du siècle.

    Source : Précis de sociologie, Philippe Riutort, 2014.