Risque Majeur Naturel

Publié le Nov 26, 2018

Écrire à l'auteur

Le  Monday, November 26, 2018

Le risque MOUVEMENT DE TERRAIN

Risques dans l'académie

  • mouvement de terrain

     
     LES MOUVEMENTS DE TERRAIN 
      

    Pour en savoir plus (site ministère de l'écologie)

      
      
    Sources : Dossiers Départementaux des Risques Majeurs des Départements (04 ; 05 ; 13 ; 84) Ministère de l'Écologie et du Développement Durable 
     
     
    1 - Généralités  
     
    Un mouvement de terrain est un déplacement plus ou moins brutal du sol ou du sous-sol. Il est fonction de la nature et de la disposition des couches géologiques. Il peut être dû à des processus lents de dissolution ou d'érosion favorisés par l'action de l'eau et de l'homme.Les mouvements de terrain recouvrent des formes très diverses. Cette diversité résulte de la multiplicité des mécanismes générateurs (érosion, dissolution, déformation et rupture sous charge statique ou dynamique), eux-mêmes liés à la diversité des comportements géotechniques des matériaux sollicités et des conditions de gisement (structure géologique, géométrie des nappes aquifères, etc...).Selon le mode de déplacement, on distingue plusieurs ensembles :Les mouvements lents et continus, tels que la déformation n'est pas accompagnée de rupture et qu'aucune accélération brutale ne doit être redoutée. Il s'agit du déplacement par gravité d'un versant instable à vitesse lente (quelques millimètres à quelques mètres par an) et sur des épaisseurs parfois importantes (des dizaines de mètres).
    On retiendra particulièrement :
    - Les affaissementsconsécutifs à l'évolution des cavités souterraines naturelles ou artificielles (carrières ou mines), évolution amortie par le comportement souple des terrains superficiels;
    - Les tassements par consolidation de certains terrains très compressibles (vases, tourbes) ;
    - Le fluage des matériaux plastiques sur faible pente ;
    - Le gonflement ou le retrait de certains matériaux argileux en fonction de leur teneur en eau. Cela se remarque par des affaissements sur les routes, des bourrelets sur le sol, des arbres ou des poteaux penchés, des fissures sur les maisons. Ces mouvements peuvent rester lents pendant des siècles mais peuvent s'accélérer brutalement jusqu'à la rupture.
    - Les mouvements rapides et discontinus, caractérisés par leur brutalité, peuvent être scindés en deux groupes, selon le mode de propagation des matériaux, en masse ou à l'état remanié.
     Dans le 1er groupe, on peut citer :
    - les effondrements, qui résultent de la rupture brutale de cavités souterraines naturelles ou artificielles, sans atténuation par les terrains de surface,
    - les chutes de pierres ou de blocs,
    - les éboulements de pans de falaises ou d'escarpements rocheux,
    - les glissements.
    Dans le 2ème groupe, on peut citer : - les coulées boueuses qui proviennent généralement de l'évolution des fronts de glissement sur des pentes instables. C'est un glissement de terrain qui se liquéfie à la différence des laves torrentielles qui sont des écoulements mêlant l'eau et les matériaux de toutes tailles (phénomène de type inondation).
    Bien que d'une gravité moindre que certains risques naturels tels qu'inondations ou séismes, les mouvements de terrain, par leur diversité, leur fréquence et leur large extension géographique, sont responsables de dommages et de préjudices humains importants.
     
     
      
    2 - Le Risque dans les Départements
     
    Alpes de Haute Provence
     
    Pour le département, les mouvements de terrain peuvent être : - des mouvements de falaise : chutes de pierres ou de rochers, - écroulement de masse rocheuse de plus grande ampleur.
     
     
     Hautes Alpes
     
    Très peu de communes sont exemptes de ces risques dans les Hautes-Alpes. Les importantes précipitations, par exemple du mois de janvier 1994, ont provoqué de très nombreux mouvements de terrain, souvent dans des endroits qui n'étaient pas réputés pour leur instabilité, preuve s'il en était besoin, de la nécessité d'être prudent : respect des règles de l'art en matière de construction dans tous les cas, examen minutieux de tous les signes éventuellement défavorables (morphologie du terrain, présence de la végétation hydrophile, pente, géologie du site ...). Dans d'autres endroits, les mouvements de terrain font "partie du paysage" tant leur importance en surface est grande. Dans l'ouest du département, tout ce que les cartes géologiques appellent "éboulis stabilisés" sont des terrains susceptibles d'être soumis à des mouvements de sols.
     
     
    Bouches du Rhône
     
    Toutes les communes des Bouches-du-Rhône sont concernées par le risque mouvement de terrain. 
     
     
    Vaucluse
     
    Le Vaucluse est particulièrement peu concerné par ce risque. Aucune catastrophe due aux mouvements de terrain ne s'est produite à une époque récente dans le département. Cependant, un certain nombre de communes sont susceptibles de subir des mouvements d'une ampleur qu'il ne faut pas négliger.