Risque Majeur Technologique

Publié le 26 nov. 2018

Écrire à l'auteur

Le  lundi 26 novembre 2018

Le risque TRANSPORTS DE MATIERES DANGEREUSES

Le risque transports de matières dangereuses dans l'académie

  • Transports de matières dangereuses

     

    TRANSPORTS DE MATIERES DANGEREUSES 

      

     Pour en savoir plus (site Ministère de l'Ecologie)

     

    Sources : Dossiers Départementaux des Risques Majeurs des Départements (04; 05; 13 ;84)

    Ministère de l'Écologie et du Développement Durable

     

     

    1 - Généralités  

     

    Une matière dangereuse est une substance qui, par ses propriétés physiques ou chimiques, ou par la nature des réactions qu'elle peut mettre en œuvre, peut représenter un danger pour l'homme, les biens ou l'environnement.

    Le risque de transport de matières dangereuses est consécutif à un accident se produisant lors du transport, par voies routières, ferroviaires, aériennes, fluviales ou par canalisations. Les principaux dangers liés aux T.M.D. sont :

    - L'explosion : Elle peut intervenir à la suite de divers accidents (choc avec production d'étincelles, mélange de plusieurs produits, explosion d'artifices ou de munitions) impliquant des produits inflammables transportés sous forme gazeuse, liquide ou solide.

    - L'incendie : Celui-ci peut avoir diverses causes : l'échauffement anormal d'un organe du véhicule (freins, boite de vitesses...), un choc contre un obstacle avec production d'étincelles, une explosion au voisinage immédiat d'un poids lourd, d'un wagon ou d'une conduite, un sabotage.

    - Le nuage toxique : Tout incendie, même de produits toxiques, peut dégager des fumées toxiques (matières plastiques ...). Ses conséquences peuvent parfois être mortelles pour l'homme en provoquant des troubles ventilatoires ou cardio-vasculaires.

    - La pollution de l'atmosphère, du sol et de l'eau : Sa gravité dépend de la quantité de produit volatilisé, des conditions météorologiques et de la situation géographique. Ce risque est surtout lié au transport de produits liquides.

    Plusieurs facteurs contribuent à rendre difficile l'évaluation du risque lié au Transport de Matières Dangereuses (T.M.D.), notamment :

    - La diversité des substances transportées (chacune représentant des risques spécifiques). Les produits dangereux sont multiples ; ils peuvent être inflammables, toxiques, explosifs, corrosifs ou radioactifs.

    - La diversité des lieux d'accidents probables (75 % des accidents sur route ont lieu en rase campagne).

    - La diversité des sources du risque (défaillance du mode de transport, du confinement, erreur humaine ...).

     

    Les symboles de danger 

     

     

    2 - Le Risque dans les Départements

     

    En dehors du transport par canalisations, des matières premières ou des produits finis destinés ou provenant des usines d'ATOCHEM et SANOFI transite par le Val de Durance principalement par voies ferrés, l'autoroute A51, les routes nationales RN96 et 85, ou sur d'autres axes (RN100 vers Apt Avignon notamment).

    Des produits dangereux (carburants de façon dominante) circulent également sur l'ensemble des axes routiers principaux et secondaires. On doit également noter que le trafic poids lourds de l'autoroute A51 (par exemple le tronçon La Brillanne -Peyruis, 1100 poids lourds en moyenne annuelle journalière 1994 sur un total de 9400 véhicules), en progression soutenue depuis l'ouverture de cet axe (+ de 6% entre 1993 et 1994 sur le tronçon précédent) est appelé à s'intensifier encore sensiblement lors de l'extension de la liaison vers Gap et Grenoble.

    Le territoire du département est traversé en vallée de Durance par des canalisations transportant sous terre : des Hydrocarbures liquides - de l'Ethylène - du Gaz naturel :

    Hydrocarbures liquides :Les installations de stockage et traitement exploitées par la société GEOSEL à Manosque sont reliées par pipe-lines : au port pétrolier de Lavéra, lui même connecté au port de Fos sur mer afin de permettre une réception directe des bateaux dans les cavités de stockage. Aux raffineries ou dépôts SHELL Française à Berre, TOTAL à la Mède et BP Lavéra à Lavéra par la même conduite.

    Ethylène : L'usine ELF-ATOCHEM à Saint Auban est approvisionnée en éthylène, depuis Lavéra par un pipe-line dénomé "TRANSETHYLENE". Cet ouvrage se prolonge au Nord de St Auban par le "TRANSALPES" qui dessert les usines RHONE-POULENC à Pont de Chaix et ELF-ATOCHEM à Jarrie. Le premier ouvrage fonctionne avec une pression maximale de service de 50 bars et le 2nd de 100 bars.

    Gaz naturel : Les installations de GEO-METHANE de Manosque sont reliées au réseau national de transport de gaz naturel de GAZ DE FRANCE par une canalisation de pression maximale de service de 80 bars, de 750 mm de diamètre reliant le site de Manosque au poste de Cabriès (13). L'injection de gaz du réseau de transport dans le stockage pendant l'été et le soutirage de gaz dans les cavités pendant l'hivers sont réalisés grâce a une installation de compression et de traitement implantée sur le site de Gaude. La réalisation de ce stockage et de ses installations annexes sera complétée par la construction d'un réseau de distribution destiné à desservir les communes du Val de Durance et les villes de Digne les bains et Gap.

     

     Hautes Alpes

    Dans le département des Hautes-Alpes, le transfert des produits se fait essentiellement par voie routière, selon un réseau maillé et principalement sur l'autoroute A51, les routes nationales : R.N. 75 entre Grenoble et Marseille, R.N. 94 entre Sisteron, Gap et Briançon puis vers l'Italie, en passant par le Col du Montgenèvre (R.N. 94) et R.N. 85 entre Gap et Grenoble, mais également sur des portions de routes départementales (R.D. 900b, R.D. 942 R.D. 994...).

    L'arrêté préfectoral du 10 juillet 1999 interdit le franchissement du Col du Lautaret (RN 91) aux transports de matières dangereuses. Dans le Département des Hautes-Alpes, les communes concernées sont Monetier-les-Bains, Villar d'Arène et la Grave.

    Cet arrêté vise à assurer la sécurité des usagers de la R.N. 91 et notamment dans la traversée des tunnels.

    Le trafic ferroviaire est extrêmement limité. Il ne concerne que quelques unités d'hydrocarbures par an. Aucun accident ne s'est produit à ce jour.

    Le cas particulier du transport par canalisations souterraines :

    Véritables autoroutes pour les matières dangereuses, elles peuvent être à l'origine d'accidents majeurs. L'analyse de ceux survenus sur d'autres sites montre que la cause initiale est presque toujours la détérioration de la canalisation par un engin de travaux publics (pelle mécanique) ou engin agricole. La cause peut également être l'oxydation de la canalisation, en cas de défaut de protection.

    Si le produit transporté est un gaz inflammable (éthylène, par exemple), l'explosion éventuelle du nuage évacué par la brèche sous forte pression peut provoquer des brûlures graves à plusieurs dizaines de mètres et avoir des effets significatifs à des distances plus grandes. Par ailleurs, l'éthylène dont la densité est très légèrement inférieure à celle de l'air, peut s'enflammer à distance.

    Sur le département des Hautes-Alpes un gazoduc achemine de l'éthylène et relie les Usines de ELF-ATOCHEM à Saint-Auban (Alpes de Haute-Provence) et de RHONE-POULENC à Pont-de-Claix (Isère). Sa longueur est de 148 km et son diamètre de 219 mm. Sa pression maximale est de 100,5 bars. Quatorze communes des Hautes-Alpes sont traversées par ce gazoduc, exploité par la Société TRANSALPES. Ce dernier s'étend sur un axe Nord-Sud, de Saint-Julien-en-Beauchène à Ribers.
    Par ailleurs, un réseau de transport et de distribution de gaz naturel existe dans la partie sud du département. Il dessert 4 communes : Laragne - Tallard - La Saulce - Gap.
    D'autres communes disposent d'un réseau indépendant alimenté par des cuves de stockage. Il s'agit d'Espinasses et des Orres.

    Evénement antérieurs notables dans le département des Hautes-Alpes

    Accidents routiers de transport de matières dangereuses les plus significatifs, recensés au cours des dernières années :

     

    DATE
    LIEU
    PRODUIT
    CONSÉQUENCES
    13 juin 1990 Col du Montgenèvre RN 94
    Monosopropylamine
    route fermée 20 heures
    28 janvier 1992 Col du Montgenèvre RN 94
    Fioul
    route fermée 24 heures
    1994 Commune de Ste Colombe RN 94

     

    Méthylchloroforme

     

    classé toxique

    route fermée
      Pont la DameCommune d'Aspres sur Buëch RN 75
      La Plaine Commune d'Avençon RN 942
    Styrène

     

    route fermée

    1995 Briançon RN 94
    Acide
    route fermée
    2001 Chateauroux RN 94
    Fioul
    route fermée

     

     

    Malgré le faible nombre d'accident, il convient cependant de rester vigilant dans la mesure où il est constaté une augmentation régulière du trafic de poids lourds, notamment vers l’Italie.

     

     Bouches du Rhône

     

    Voir carte  pour la liste des communes concernées.

     

     Vaucluse

    En décembre 1994, un wagon citerne transportant du chlorure de vinyle s'est couché en gare de triage d'Avignon. 4 000 personnes ont été évacuées durant l'opération de "dépotage" (ou transvasement). Cet incident récent illustre la présence du risque TMD dans le département . Carrefour géographique, le Vaucluse constitue en effet un axe privilégié nord/sud et est/ouest pour l'acheminement et le transit des marchandises. On y recense un réseau dense de voies de communication :

    - les autoroutes A7, A9, A51, RN7, RN100, et RN96. - les voies ferrées Paris/Marseille et Avignon/Miramas via Cavaillon - et une importante voie navigable le Rhône.