Risque Majeur Naturel

Publié le Nov 26, 2018

Écrire à l'auteur

Le  Monday, November 26, 2018

Le risque AVALANCHE

Risque avalanche dans les départements alpins

  • avalanches

    LES AVALANCHES

      Pour en savoir plus (site Ministère de l'Ecologie)

     

    Sources : Dossiers Départementaux des Risques Majeurs des Départements (04 ; 05) Ministère de l'Écologie et du Développement Durable

     

    1- Généralités  

    Provoquée par une rupture du manteau neigeux, une avalanche correspond à un déplacement rapide d'une masse de neige plus ou moins importante sur une pente.Rares autrefois, les accidents d'avalanches sont devenus plus fréquents avec le développement des sports d'hiver (ski de randonnée, ski hors piste ....) et l'aménagement de la montagne.

    Le déclenchement d'une avalanche est artificiel (passage d'un skieur) ou naturel. Les dégâts ainsi provoqués viennent : soit de la poussée de la neige, commune dans le cas d'une lave torrentielle ou d'une coulée boueuse : cas des avalanches de neige lourde (neige très humide pouvant couler sur des pentes très faibles, une fois mise en mouvement) ; soit par effet de souffle dans le cas des avalanches de neige poudreuse ; cet effet de souffle pouvant être dangereux jusqu'à une hauteur non négligeable sur le versant opposé à celui de la zone de départ. Les pressions, dans un cas comme dans l'autre, peuvent atteindre plusieurs tonnes par m2.

    La cause principale de l'avalanche est la rupture d'équilibre d'une masse de neige par surcharge ou transformation de ses propriétés. La surcharge peut être due à l'abondance de la neige, au transport par le vent, au passage d'un skieur ou d'un animal, à la chute de séracs. La transformation de la neige est liée aux variations de température (air ambiant et influence du rayonnement solaire suivant l'orientation de la pente), au vent et aux précipitations (nouvelle chute de neige, pluie).

    On distingue traditionnellement 3 grands types d'avalanches selon leur mode de déclenchement :

    arrow_orange L'avalanche de poudreuse, neige froide et sèche donnant un aérosol dévalant les versants à grande vitesse (100 à 400 km/h) et engendrant une onde de pression (souffle) qui peut provoquer des dégâts en dehors du périmètre de l'avalanche.

    arrow_orange L'avalanche de plaque, provenant de la rupture d'une couche de neige ayant une bonne cohésion sur une zone fragile. La rupture d'une plaque est souvent le déclencheur d'une avalanche plus importante. La présence de plaque n'est pas toujours facile à repérer sur le terrain. C'est le principal danger à éviter pour le ski de randonnée.

    arrow_orange L'avalanche de neige humide et lourde, plus lente que les aérosols. Ces avalanches de neige dense rabotent le terrain et peuvent provoquer des dégâts importants. Elles sont en général bien localisées.Il existe également une classification des avalanches selon leur mode d'écoulement et ce, durant la phase d'écoulement. Ce qui se passe dans la phase de départ n'est ici pas pris en compte.

    On distingue :

    • L'avalanche en aérosol : c'est un écoulement très rapide sous la forme d'un nuage résultant du mélange de l'air et des particules de neige et composé de grandes bouffées turbulentes qui dévalent la pente. La puissance de l'aérosol est très variable : dans certains cas, on a affaire à un écoulement d'une violence spectaculaire, capable de raser une forêt entière, dans d'autres cas, l'aérosol ne cause aucun dégât.

     

    • L'avalanche coulante (ou dense) : c'est un déplacement d'une masse de neige coulant le long du sol en suivant le relief (couloir ou versant). La majeure partie des avalanches appartient à cette classe d'écoulement.

     

    • L'avalanche mixte : il s'agit de la combinaison des deux modes précédents. En effet, dans certains cas, il peut arriver que l'écoulement se scinde en un aérosol et une avalanche coulante. Ces écoulements peuvent devenir autonomes ou rester liés.

     

     

     

    2 - Le Risque dans les Départements
     

    arrow_orange Alpes de Haute Provence

    Dans ce département , ce risque concerne les communes situées en zone de haute montagne (Ubaye, Haut Verdon) et, de manière plus ponctuelle et avec une moindre fréquence, certaines communes de la zone centrale (présence de couloirs à déclenchement exceptionnel).

     

    arrow_orange Hautes Alpes

    Avalanches Antérieures notables dans le Département des Hautes-Alpes :

    1451 : L'Argentière la Béssée : 4 maisons emportées ; 1 mort 1454 : L'Argentière la Béssée : 2 maisons détruites ; 2 victimes 1681 : Abriès: destruction des 57 maisons ; 11 morts 1681 : Molines en Queras: 15 maisons écrasées ; 48 personnes ensevelies 1706 : Molines en Queras : 7 maisons rasées ; 14 morts 1757 : Vallouise : 54 maisons détruites ; 27 habitants décédés 1788 : Molines en Queras : 43 maisons écrasées ; 21 morts 1792 : Ristolas : 5 maisons détruites ; 1 morts 1819 : La Chapelle en Valgaudemard : 5 maisons détruites ; 2 victimes 1843 : Châteauroux : 1 maison détruite 4 morts ; 1848 : Ristolas : quelques maisons détruites ; 8 morts. 1855 : Ristolas : 5 maisons détruites ; 6 morts 1915 : Rabou : 2 maisons détruites ; 2 morts 1919 : Champoléon : 2 maisons rasées ; 2 morts 1946 : Ristolas : quelques habitations détruites ; 6 morts 1946 : Ristolas : quelques habitations détruites ; 6 morts 1972 : Abriès : destruction d'un refuge en bois 1978 : Situation avalancheuse généralisée dans le nord du département. Plusieurs bâtiments endommagés 1993 : Molines en Queras: plusieurs chalets endommagés . De nombreuses avalanches coupent régulièrement les routes des vallées telles que la Clarée, le Valgaudemard, la Vallouise.