Connectez-vous

Accueil

Usages

Publié le 20.05.2019 Modifié le : 23.05.2019

Écrire à l'auteur

Le  Montag, 20. Mai 2019

"Ensenhamens, les enseignements du Papagaï", un film en images de synthèse pour porter la parole libre des troubadours

Un machinima imaginé et conçu par les élèves des classes de provençal des lycées Jean Monnet de Vitrolles et Paul Cézanne d'Aix-en-Provence (13)

  • "Ensenhamens, les enseignements du Papagaï", un film en images de synthèse pour porter la parole libre des troubadours

     

    A la suite de l’attentat meurtrier contre l’équipe de Charlie Hebdo les élèves des lycées Jean Monnet de Vitrolles (13) et Paul Cézanne d'Aix-en-Provence (13) ont conçu un film à partir de personnages de jeu vidéo et du Gaï-Saber (le Gai-Savoir courtois des troubadours, écrivains pédagogues des 12e et 13e siècles), et se questionnent : quelle place pour l'éducation ? quelle place pour la civilisation ? comment combattre la barbarie ?

     
     
    Contribution de Didier Maurell, enseignant de provençal
    aux lycées J. Monnet de Vitrolles et P. Cézanne d'Aix-en-Provence
     
     
     
     
     

    Le projet est le fruit de trois ans de travail, avec les élèves de deux lycées, pour faire comprendre l'importance, aujourd'hui encore, dans notre époque troublée, d’une littérature en provençal, en langue d'oc qui s’est toujours efforcée de railler et de contrer les dérives sectaires et les soumissions à un ordre moral rigide. La liberté d'expression et la transmission du savoir en sont les enjeux capitaux. Chaque civilisation en fait malheureusement le deuil un jour ou l'autre. Le massacre de Charlie Hebdo, et ceux qui ont suivi en attestent.



    Voici donc "Ensenhamens", un film en images de synthèse pour porter, publier, proclamer, la parole libre des troubadours qui ont été parfois, pour certains d’entre eux, des maîtres, des pédagogues, dirait-on aujourd'hui. Ils prenaient soin de transmettre à la jeune aristocratie provençale, languedocienne, gasconne, aragonaise, etc. ce savoir qu'ils avaient eux-mêmes forgé et cet esprit critique, parfois de révolte, qui ont été à l’origine de la première Renaissance en Europe à la fin du 11e siècle. Ils ont répandu un savoir nouveau concernant tous les domaines de l’esprit et du corps : une somme de savoir, portée par des idéaux esthétiques et des idéaux de liberté. Ils ont forgé un premier humanisme et ils ont surtout su le transmettre.

     

     
     
     
     
     
     
     
     

    Le savoir, la transmission, la civilisation, la barbarie : ce sont les quatre axes du film d'animation "Ensenhamens" réalisé à partir des œuvres des troubadours, poètes et pédagogues qui écrivaient en provençal aux 12e et 13e siècles.

    Ceux qui ont déjà vu la première partie du film nous pose systématiquement la question suivante : "quel est le rôle des élèves dans cette production ?". La réponse est simple : ils ont tout fait !


    Au préalable, mon rôle, celui du professeur, a été de chercher les textes à exploiter. Des textes qui dénonçaient l'extrémisme religieux, mais des textes très distanciés, appartenant à la littérature provençale médiévale. Augmentés de textes sur la transmission du savoir. Ces textes ont fait l'objet de larges explications et débats en classe. Les élèves ont pu voir, également en classe et en liaison avec les thématiques développées, le film "Le cercle des poètes disparus" et le documentaire "A voix haute", explicités eux aussi. C'est alors que s'est mis en place le travail d'écriture du scénario : j'ai imposé une trame et les élèves ont pu greffer leur imaginaire dessus en fonction des textes étudiés. Ils ont écrit et proposé plusieurs scénari. Le résultat fut plutôt décevant. J'ai alors synthétisé leurs trouvailles et le canevas que je leur avais imposé au début pour écrire le scénario. Je leur ai ensuite présenté ma production. Ils l'ont beaucoup appréciée, y trouvant une liberté d'expression qu'ils ne s'étaient pas permise. Ils ont modifié certaines parties. Ce fut le temps du partage des rôles pour l'interprétation des personnages. Quand tous furent assurés, l'ingénieur son du "Théâtre du Maquis" vint réaliser la captation des tirades en provençal. Puis vint l'intervention de l'association Karéron pour l'aide à la réalisation des images à partir du logiciel "Moviestorm", permettant d'obtenir un "machinima", un film en images de synthèse. Les élèves ont alors créé les décors, les avatars et toute leur gestuelle. Ils ont ensuite intégré les fichiers sons dans leurs avatars. Puis vint le moment de rédiger les sous-titres en français et de les intégrer dans le montage final du film que nous avons évidemment appelé : "Ensenhamens". Nous avons consacré à cette réalisation, environ sept semaines par an, sur trois ans, à raison de deux heures par semaine et par classe. Mais cette comptabilité est assez approximative car nous réalisions en même temps le troisième machinima qui paraîtra dans quelque mois, le troisième volet de la série : "Amour : dangeirous", d'après l'oeuvre de Matfré Ermengaud.


    Vous comprendrez mieux ce film en vous rappelant certaines scènes de l’incontournable et nécessaire documentaire « A voix haute », réalisé par Stéphane De Freitas et Ladj Ly, qui nous faisait découvrir la préparation au concours d’éloquence destiné aux jeunes étudiants des banlieues parisiennes. Rappelez-vous aussi le film de Peter Weir, « Le cercle des poètes disparus ».  "Ensenhamens" dure 34 minutes. Ceux qui ont vu la première partie, il y a trois semaines, peuvent aller directement à la minute 12.

    Certes "Ensenhamens" finit mal. Mais pouvait-il en être autrement ?
     

    Si ce film, grâce à la littérature d’oc, met en garde les jeunes gens contre les simplifications, les manipulations démagogiques et les conceptions sociales frileuses, et s'il permet de faire comprendre que l'enjeu de la transmission du savoir est la civilisation elle-même, alors ce film aura atteint son but. En tout cas, cela aura été l'objectif de ce travail réalisé avec les élèves des classes de provençal des lycées Monnet de Vitrolles et Cézanne d'Aix.

    Alors, si vous pensez que c'est bien, vous pouvez diffuser et partager... afin que le savoir soit transmis !
     
     
     
     
     
     
     
     
    Plus d'informations :