Outils et pistes pédagogiques

Publié le 21 nov. 2019

Écrire à l'auteur

Le  jeudi 21 novembre 2019

Le plan de travail : un outil de différenciation au service des apprentissages.

"plan de travail " mode d'emploi

  • Qu’est-ce que le plan de travail ?


    Le plan de travail est un dispositif pédagogique qui permet d’introduire des temps de travail individualisé
    dans nos cours. Il permet essentiellement :

    • de gérer l’hétérogénéité de nos classes tout en tirant profit de celle-ci
    • d’autonomiser et de responsabiliser davantage les élèves
    • de leur apprendre à travailler ensemble, notamment en les formant à s’aider ou s’entraider (mise en place de tutorat)
    • de proposer diverses modalités d’évaluation
    • de mettre en pratique certaines des valeurs que nous voulons impulser dans nos classes comme l’altruisme, la fraternité, l’égalité...

    Quelles plus-values ?

    On insiste souvent sur l’intérêt pour les élèves : il est multiple. Ils apprennent à être autonomes en opérant des choix dans les activités proposées sur ces temps de travail. Ils peuvent adopter une posture réflexive et travaillent peu à peu pour eux-mêmes sans avoir besoin de motivation externe (notes, bonus...) Ils développent autant des compétences cognitives que sociales par le biais notamment de la mise en place de l’entraide et du tutorat. Ils peuvent se tromper sans craindre une évaluation souvent vécue comme un piège car venue trop tôt pour la plupart d’entre eux.

    Il me semble important de présenter les choses également du point de vue du professeur. Voir ses élèves évoluer et travailler de façon autonome est la première satisfaction. Les dispositifs traditionnels ne permettent souvent pas aux élèves de prendre des responsabilités et nous déplorons alors leur manque d’autonomie. Mais comment se responsabiliser quand les problématiques de cours ne correspondent qu’au questionnement personnel de l’enseignant, que les activités sont non seulement imposées mais également obligatoirement menées sur un temps imparti durant lequel les élèves ont peut-être d’autres priorités d’apprentissage ? Sans évoquer le rythme du cours qui est toujours inadapté. Comment avoir confiance en un système qui donne l’erreur comme un passage obligé de l’apprentissage mais qui la sanctionne lors d’évaluations qui surviennent alors que les élèves sont encore en pleine déstabilisation cognitive et affective comme le montre la courbe élaborée par Daniel Favre ?

    Le système traditionnel transforme souvent les élèves en enfants dociles ou récalcitrants. Nous déplorons autant le manque d’autonomie et de responsabilisation des élèves en difficulté que nous interrogeons le degré d’autonomie des élèves les plus scolaires. La frustration ne nous est pas étrangère. Accepter devoir laisser sur le côté du chemin des élèves comme accepter de ralentir certains nous est insupportable. C’est pourtant notre quotidien.

    Le plan de travail permet au professeur de mettre en pratique cette boucle évaluative en différenciant les temps d’évaluation tout autant que les modalités de celle-ci. Le temps d’apprentissage relatif à chaque élève est ainsi pris en considération. L’enseignant peut alors proposer des temps d’évaluation choisis par les élèves afin de les responsabiliser et de leur laisser la possibilité de progresser. De plus, le professeur se dégage du temps pour évaluer le travail de ses élèves en situation, au tableau par exemple, et analyser immédiatement ce qui peut faire obstacle aux apprentissages, invisible parfois à la lecture d’un devoir.

    Enfin, nous retrouvons le temps d’accompagner et de remédier aux difficultés de chacun en  pouvant proposer des mises au point en fonction du besoin des élèves. Nous renouons avec les raisons pour lesquelles nous sommes le plus souvent entrer dans ce métier.

    Comment se déroule un temps de classe en plan de travail ?

    lire la suite ...