Connectez-vous

Accueil

Je suis enseignant

Publié le 1 avr. 2020

Écrire à l'auteur

Le  mercredi 1 avril 2020

Dans le 1er degré : penser la continuité pédagogique

Assurer la continuité pédagogique suite à la fermeture des établissements nécessite de penser la nouvelle organisation des enseignements.

  • Dans le 1er degré : penser la continuité pédagogique

     

     

    Assurer la continuité pédagogique suite à la fermeture des établissements nécessite de penser la nouvelle organisation des enseignements.

     

     

     

    Ces quelques recommandations non exhaustives peuvent être utiles dans cette situation inédite.
    Une attention toute particulière doit être accordée :

     

    • à maintenir un lien direct et régulier entre l’Ecole et chaque élève ;
    • à la structuration et l’organisation globale des enseignements ;
    • aux outils numériques utilisés par les élèves ;
    • aux élèves les plus fragiles.

     

     

     

    1. Maintenir un lien direct et régulier entre l’Ecole et chaque élève

      Cette pratique permet de maintenir un lien entre chaque élève et l’Ecole tout au long de la fermeture des écoles et établissements. Un contact individuel hebdomadaire peut être mis en place, voire plus pour certains élèves identifiés par l’équipe éducative ou dans certains contextes du confinement mis en œuvre. Cet échange a pour objectif de rassurer, de déceler, voire d’apporter une aide de premier niveau face à d’éventuelles difficultés (organisationnelles, pédagogiques, ou matérielles). Elle permet de relayer des demandes spécifiques aux différents membres de l’équipe pédagogique ou de référents numériques. Son organisation est pilotée et coordonnée au niveau de l’école ou l’établissement et peut s’appuyer sur l’ensemble des membres de la communauté éducative (CPE, enseignants, AED, AESH, PsyEN, membres du RASED…) et prendre différentes modalités en fonction du contexte (mails individualisés ou contacts téléphoniques, référent d’un groupe d’élèves, …).




    2. Structurer la programmation des enseignements

      Dans la mise en œuvre d’une continuité pédagogique, il est indispensable de renforcer la concertation au sein de l’équipe pédagogique d’une classe.

      Il convient de :

      • privilégier une planification hebdomadaire établie avec l’équipe pédagogique dans le respect de l’équilibre des horaires dévolus à chaque discipline ;
      • veiller à réduire l’amplitude de la planification horaire donnée aux élèves pour ne pas être dans une sur-sollicitation dès le départ (fixer une durée adaptée à l’âge des élèves) ;
      • veiller à une articulation des temps de travail synchrones et avec les temps de travail asynchrones (temps nécessaire pour le travail personnel et la production individuelle).


      En synchrone l’élève travaille en direct avec des outils numériques avec son enseignant et/ou ses camarades (classes virtuelles, visio-conférence, rendez-vous téléphonique). Ce sont des temps de travail relevant de la planification choisie pour la classe et doivent être présentés comme inamovibles pour la classe et pour l’organisation familiale. Ils sont de durée limitée et ne doivent pas dépasser la moitié du temps de travail quotidiennement toutes disciplines confondues.

      En asynchrone, l’élève est seul devant son travail ; la durée de travail doit être raisonnable et adaptée à l’âge des élèves. Les activités proposées ne doivent pas dépasser plus d’une heure pour chacune d’elles.
      Lorsque l’élève est en classe, il y a beaucoup plus d’alternance de temps individuels et collectifs et d’interaction de régulation avec l’enseignant. Il faut tenir compte de l’absence du professeur qui habituellement, remobilise, encourage, explicite et remédie en direct face aux réactions de chaque élève. Un emploi du temps indicatif peut être envoyé aux élèves en début de semaine.


      La continuité pédagogique repose sur une juste évaluation par les équipes du temps de travail de l’élève (synchrone/asynchrone). Ce temps de travail s’envisage dans sa globalité, tient compte de l’âge des élèves et de leur degré d’autonomie ainsi que de l’organisation familiale. Les moments d’échanges organisés entre les enseignants et les élèves ont pour but d’atténuer le sentiment d’isolement face aux apprentissages. Ils doivent être des temps de remédiation au cours desquels ce sont les élèves qui doivent avoir majoritairement la parole.



    3. Les outils numériques


      Les outils numériques sont nombreux et le risque est grand de voir des élèves se perdre dans la gestion de cette multitude ; l’objectif est de ne pas accroitre l’hétérogénéité entre les groupes classes et dans les groupes classes.
      Le temps pris pour l’appropriation de nouveaux outils se fera au détriment des apprentissages.


      Conseils :

      • Privilégier des outils numériques déjà à disposition dans l’établissement. Dans l’urgence de nouveaux outils ont été proposés pour faire face aux difficultés de connexion, il faut progressivement revenir aux outils institutionnels respectueux du RGPD.
        • Etendre l’accès à des outils numériques nouveaux dans des objectifs bien précis :

          • établir des contacts visuels et audios réguliers dont les classes virtuelles pour que tous les élèves restent en contact avec un ou plusieurs membres de l’équipe pédagogique ;
          • de mettre à disposition des élèves des ressources et des exercices.
          • de mettre à disposition des éléments de correction explicites et de laisser du temps aux élèves de se les approprier. Il est nécessaire de proposer un temps d’échanges sur ces éléments de correction, la mise à disposition d’un corrigé ne suffisant pas à elle seule.

      • Etablir des modalités de communication descendantes (travaux à destination des élèves) et remontantes (retour à l’enseignant) et éviter qu’elles soient variables d’une discipline à l’autre, d’un enseignant à l’autre. Veiller à ce que les éléments demandés restent réalisables dans le temps de travail personnel dédié à chaque discipline. Les QCM sont un outil permettant un retour direct de l’élève vers le professeur mais ils sont souvent associés à un pourcentage de réussite ou à une note. Ces éléments peuvent être rapidement démobilisateurs pour les élèves s’ils ne sont pas associés à des conseils précis et qualitatifs du professeur pour progresser.


       
    4. Les élèves les plus fragiles


      Une attention particulière doit être apportée aux élèves les plus fragiles en ayant des contacts directement par téléphone si possible ou par toute autre moyen susceptible d’avoir de leurs nouvelles (les autres élèves de la classe).

      Cela concerne à la fois les élèves non connectés, les élèves en situation de handicap ou à besoins éducatifs particuliers, les élèves décrocheurs…

      • Proposer à ces élèves d’être suivi par un professeur de l’équipe pédagogique prenant en charge le rôle de professeur référent. Celui-ci accompagne l’élève dans son organisation et son travail, il peut répondre à des questions de premier niveau et être le relai vers les autres professeurs en cas de besoin pour que l’élève ne s’isole pas face à une difficulté.
      • Etablir un contact tous les 2 jours pour ces élèves.
      • Proposer à ces élèves un plan de travail spécifique, centré sur les fondamentaux et adapté en terme de temps de travail.
      • Proposer une différenciation à ces élèves en leur proposant par exemple dans un premier temps un retour oral ; l’élève peut envoyer une production enregistrée avec son téléphone ou sa tablette sur un exercice court au lieu d’une production écrite.
      • Privilégier des exercices courts et variés, des supports visuels clairs, aérés.
      • Joindre des ressources (document, sitographie, liens) qui permettront à l’élève de trouver des éléments de réponse si besoin.

     

     

     

    Télécharger :

     

    • l'article "Penser la continuité"
    • la fiche n°1 : "Continuité pédagogique – Fiche professeurs – élèves de cours préparatoire (DGESCO)"
    • la fiche n°2 : "Continuité pédagogique – Fiche professeurs pour les élèves de cours élémentaire (DGESCO)"
    • la fiche n°3 : "Continuité pédagogique – Fiche professeurs pour les élèves de cours moyen (DGESCO)"