Vous êtes ici  :   Accueil > Enseigner en zone d'éduca...
Connectez-vous

Accueil

Enseigner en zone d'éducation prioritaire

Publié le 29 févr. 2012 Modifié le : 6 mars 2012

Écrire à l'auteur

Le  mercredi 29 février 2012

Construire une progression autour d’un projet

Construire une progression autour d’un projet

  • COMMENT CREER DES SITUATIONS D’APPRENTISSAGE EN ACCORD

    AVEC LES NOUVELLES ATTENTES DE L’ENSEIGNEMENT ?

    TÂCHE - PROJET DE COURS - PROJET DE CLASSE

     

    Nathalie Perez-Wachowiak, IA-IPR d’espagnol

    Marie Amorin, formatrice EP

     

    ENSEIGNER L’ESPAGNOL AUJOURD’HUI, c’est enseigner une langue vivante et une langue de culture

    Qu’est-ce qu’une langue vivante : c’est une langue que l’on manie, que l’on manipule.

    C’est la seule langue qui existe, celle qui dit qui je suis, ce que je pense, ce que je veux, ce dont je rêve, ce que je veux savoir de l’autre.

    C’est celle qui est irrémédiablement liée à  la culture… A condition qu’on parle de quelque chose, qu’on ne récite pas un contenu.

     

    Enseignons aujourd’hui une culture vivante, que l’élève s’appropriera plus certainement !

     

    DES INCONTOURNABLES :

    Le professeur est celui qui apprend à faire à ses élèves : il les entraîne, il construit sa progression en prenant en compte ce que les élèves  savent déjà et  ce qu’ils savent déjà faire, mais aussi comment ils le font.

    Le professeur s’appuie donc sur les critères et descripteurs du CERCL pour étalonner correctement ses attentes.

    Le professeur crée des situations d’apprentissage authentiques pour que la langue apprise  soit une langue vraie,  pour transmettre une langue et une culture « qui servent et dont on se sert » maintenant et plus tard. Les situations d’apprentissage authentiques s’élaborent avec plus de naturel quand elles se construisent autour d’un projet, dans une progression pensée avec soin.

     

    Au-delà de la préparation de nos cours, penser et construire une progression s’impose donc rapidement comme une nécessité. Pour nous d’abord, enseignants, qui avons besoin d’une perspective vers laquelle conduire nos élèves. Pour les élèves, ensuite, qui doivent savoir où l’on souhaite les emmener.

    Des repères existent, qui sont là pour nous guider (BO, programmes, CECRL …). Ils nous permettent de construire, de bâtir, d’échafauder des progressions. Mais au moment de transmettre, au moment de faire cours devant la classe, les questions « pratiques » se posent, qui n’ont pas forcément été introduites dans notre préparation. Face à une classe qui n’est pas spontanément acquise, qui peut se montrer démotivée ou agitée, comment accrocher les élèves et les enrôler pour installer le cours ?

    L’idée de projet est une réponse possible qui mérite d’être exploitée à chaque étape d’enseignement (la séance, la séquence, l’entraînement à l’évaluation, la progression annuelle …).

    Dans les documents joints, nous donnerons des axes rapides, des rappels de ce que pourraient être les « incontournables » d’une progression (document 1). Nous proposerons ensuite une feuille de route qui pourrait guider notre réflexion au moment de construire une séquence (document 2) dont nous proposerons un exemple dans le document 3. Enfin, nous joignons des projets réalisés dans nos classes par les collègues du groupe.