Connectez-vous

Accueil

Ep. composée

Publié le Jan 13, 2013

Écrire à l'auteur

Le  Sunday, January 13, 2013

EC 11 (croissance, instabilité)

V. élève. L. Auffant

  • Cette épreuve comprend trois parties.
    1 - Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles dans le cadre du programme de l'enseignement obligatoire.
    2 - Pour la partie 2 (Étude d'un document), il est demandé au candidat de répondre à la question en adoptant une démarche méthodologique rigoureuse de présentation du document, de collecte et de traitement de l'information.
    3 - Pour la partie 3 (Raisonnement s'appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet :
    - en développant un raisonnement ;
    - en exploitant les documents du dossier ;
    - en faisant appel à ses connaissances personnelles ;
    - en composant une introduction, un développement, une conclusion.
    II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

     

    Première partie : mobilisation des connaissances (6 points)

    1 / Différenciez la croissance potentielle de la croissance effective. (3 points)

    2 / Le capital  naturel peut-il être remplacé par d’autres formes de capital ? (3 points)

     

    Deuxième partie : étude d’un document (4 points)

    Question : Vous présenterez le document puis vous montrerez comment il permet d’expliquer l’évolution du PIB entre 2006 et 2010.

     

    Contributions à l’évolution du PIB en volume

    (PIB : variation annuelle en %, contributions aux variations du PIB : en points de PIB)

     ec 11 doc1

    Champ : France

    Source : INSEE, comptes nationaux- base 2005.

    Troisième partie : raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10 points)

    À l’aide du dossier documentaire et de vos connaissances, vous expliquerez pourquoi la croissance économique est instable.

    Document 1

    Alors que le Japon commençait à sortir de sa phase de décélération économique début 2011 grâce à la reprise des exportations et de la production, le tremblement de terre de mars a complètement changé la donne. Ce dernier exerce désormais une pression à la baisse sur l'activité de la puissance asiatique sous la forme d'un choc d'offre, notamment par la destruction d'usines dans les zones touchées et de ruptures dans la chaîne de production.

    La production industrielle s'est ainsi effondrée de 15,3% en mars, selon les chiffres publiés hier par la Banque du Japon (BoJ). La chute a dépassé les craintes des économistes, qui prévoyaient un repli de 11% en moyenne. Au premier semestre, ce mouvement pesant sur la production devrait se poursuivre avec le risque que les pénuries d'électricité nuisent à l'activité du Japon quand la demande d'électricité culminera cet été. La BoJ a donc abaissé sa prévision de croissance du PIB, pour l'exercice 2011 (avril 2011-mars 2012), à 0,6%, contre 1,6 % estimé en janvier. Le choc d'offre entraînera à court terme des goulets d'étranglement1 sur certains marchés de biens et services, exerçant des pressions à la hausse sur les prix des biens domestiques, note l'institution.

    […] Mais dès l'automne 2011, les restrictions d'offre devraient s'estomper avec la reconstitution graduelle de la chaîne de production et le début d'un rééquilibrage entre l'offre et la demande d'électricité, estime la Banque du Japon. L'économie pourrait se redresser à un rythme plus rapide au deuxième semestre, grâce à la production et aux exportations, dans un contexte de croissance mondiale. D'ailleurs, la BoJ voit un net rebond de la croissance du PIB l'an prochain à 2,9%, contre 2% prévu en janvier.

    Source : Tân Le Quang le 29/04/2011 L'AGEFI Quotidien - http://www.agefi.fr/

    1 : goulets d’étranglement : limitations des capacités de production

    Document 2 : taux de variation du PIB en volume et des crédits dans la zone euro

     ec 11 doc2

     Source : Flash Economie, Natixis, n°504, 6 novembre 2008.