Connectez-vous

Accueil

Ep. composée

Publié le Feb 4, 2012 Modifié le : Feb 19, 2013

Écrire à l'auteur

Le  Saturday, February 4, 2012

Epreuve composée n°6

Etat/Etat-Nation. Taux d'intérêt/financement. Crimes et délits

  • Épreuve composée

    Cette épreuve comprend trois parties.

    1 - Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles dans le cadre du programme de l'enseignement obligatoire.

    2 - Pour la partie 2 (Étude d'un document), il est demandé au candidat de répondre à la question en adoptant une démarche méthodologique rigoureuse de présentation du document, de collecte et de traitement de l'information.

    3 - Pour la partie 3 (Raisonnement s'appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet :
    - en développant un raisonnement ;
    - en exploitant les documents du dossier ;
    - en faisant appel à ses connaissances personnelles ;
    - en composant une introduction, un développement, une conclusion.

    Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l’expression et du soin apporté à la présentation.

     

    Première partie : Mobilisation des connaissances (6 points)

    Vous répondrez à chacune des questions.

    1)    En quoi l'Etat et l'Etat-nation se distinguent-ils ? (3 points)
    2)    Quel rôle jouent les taux d'intérêt dans le financement indirect de l'activité économique ? (3 points)

     

    Deuxième partie : Étude d’un document (4 points)

    Question : Vous présenterez le document puis vous vous demanderez si on assiste à une diminution de la délinquance aujourd'hui en France.

    Crimes et délits constatés en 2010 (en milliers).

    ec1

    Champ : France métropolitaine.
    Sources : statistiques du ministère de l'intérieur et du ministère de la justice, INSEE, TEF (2010).

     Troisième partie : Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10 points)

     Montrez que les entreprises peuvent mettre en œuvre des stratégies pour renforcer leur pouvoir de marché.

    DOCUMENT 1 :

     Les principales sanctions prononcées par l'autorité de la concurrence en France1.

    ec2Source : www. autoritedelaconcurrence.fr

    1. L'Autorité de la concurrence est une autorité administrative indépendante, spécialisée dans le contrôle des pratiques anticoncurrentielles, l'expertise du fonctionnement des marchés et le contrôle des opérations de concentration. Au service du consommateur, elle a pour objectif de veiller au libre jeu de la concurrence et d'apporter son concours au fonctionnement concurrentiel des marchés aux échelons européen et international.

    2. Cartel : Situation où un petit nombre d'entreprises se partagent un marché ou s'entendent sur les prix à pratiquer.

    3. Une entente se caractérise par le fait que différents producteurs de produits ou de services représentant l’essentiel d’un marché se mettent d’accord pour pratiquer une politique de prix commune.

    4. L’abus se caractérise par le fait qu’une entreprise exploite abusivement sa position sur un marché pour imposer des conditions à un client ou fournisseur.

     DOCUMENT 2 :

    Les fournisseurs d'électricité en France.

    ec3

     

    Source : Commission de régulation de l'énergie, observatoire des marchés de l'électricité et du gaz (2011).
     ns : donnée son significative
    *Tarifs pour un client résidentiel situé à Paris avec abonnement de base et consommation annuelle de 2 400 Kwh.

     

    DOCUMENT 3 

    Apple maintient des prix, et donc des marges, élevés pour ses iPhone, et en vend beaucoup. Sur les trois premiers mois de l'année, la marque à la pomme a dégagé un chiffre d'affaires de 12,3 milliards de dollars.

    Apple a trouvé la formule magique. Non seulement, il maintient des prix - et donc des marges - élevés pour ses iPhone, mais en plus, il en vend beaucoup : 18,6 millions de terminaux pour un chiffre d'affaires de 12,3 milliards de dollars au cours des trois premiers mois de l'année. Un chiffre considérable qui ferait presque oublier le positionnement haut de gamme de la marque. Et qui prend à contre-pied certains observateurs.

    Ainsi, une analyste qui pariait en début d'année sur un retournement des ventes d'iPhone avec l'arrivée d'une concurrence plus nombreuse et très agressive en termes de prix sur le marché des smartphones, n'est plus aussi formelle. Certes, l'iPhone 4 est vendu - sans abonnement - 1,5 à 2 fois plus cher que la plupart des terminaux concurrents. Mais le choix du consommateur n'est clairement pas dicté par le prix. Pour le moment, aucun appareil concurrent n'est parvenu à détrôner l'iPhone, qui reste la référence de son marché. Apple s'apprête à écrire la même histoire dans le monde des tablettes. Ses principaux concurrents (Samsung, BlackBerry, Motorola, Sony) ont tous dévoilé des produits à des prix relativement élevés. Et qui sont imparablement comparés à l'iPad par tous les observateurs, qu'ils soient financiers ou techniciens

    Source : Le Figaro économie, 29/04/2011.