Connectez-vous

Accueil

Crise de 29 (L. Auffant)

Publié le 13.01.2012 Modifié le : 14.02.2015

Écrire à l'auteur

Le  Freitag, 13. Januar 2012

La crise des subprimes (e)

Partie 5, pour élèves

  • Document 7 : la crise des subprimes
    La crise de la finance qui a débuté en août 2007 a été déclenchée par la crise de l’immobilier et des fameux subprimes. Elle s’est propagée comme un virus à l’ensemble du système financier.
    Sciences Humaines, «Psychologie des crises financières », n °199, décembre 2008

    Document 8 : les facteurs de propagation de la crise des années 2088 à nos jours
    Trois nuages assombrissent les perspectives de croissance mondiale pour 2008. Le premier c’est une crise financière provoquée par la crise des subprimes. […] Le deuxième nuage, c’est la faiblesse du billet vert. […] La flambée des prix des matières premières est le troisième nuage.
    Alternatives économiques, « Menaces sur la croissance », n° 265, janvier 2008.

    Vocabulaire nécessaire pour comprendre la crise des subprimes

    Subprimes (Etats Unis) = prêts immobiliers accordés à des ménages présentant de faibles garanties pour accéder aux emprunts habituels (dits primes) soit parce qu’ils ont déjà eu des difficultés financières soit à cause de la faiblesse et/ou de l’instabilité de leurs revenus. Aux Etats Unis ces crédits immobiliers sont à taux variables.
    Des banques américaines ont titrisé les subprimes.

    Titrisation = transformer un crédit en actif financier (action, obligation) pour le revendre.
    En juillet 2007 deux fonds spéculatifs de la grande banque américaine Bear Stern s’effondrent. La crise se propage (effet de contagion, effet domino) car des banques européennes se sont fournies en titres adossés à des subprimes auprès des banques américaines. Les agences de notation ont à tort donné d’excellentes notes à des produits très risqués.

    Agences de notation financière : organismes évaluant la capacité des émetteurs de titres à honorer leurs engagements = payer les intérêts et rembourser le capital emprunté aux conditions prévues. Ces organismes se fondent sur des critères comptables avant de noter chaque titre (notes allant de AAA = risque quasi nul à C = en faillite)


    5 1

    Questions :
    11 / Comparer les deux crises en complétant le tableau ci-dessous.

    5 2 eleve

    Repères chronologiques
    •    Les années 1920 : les « années folles ». Exemples de consommation se diffusant pendant ces années folles exposées au début du documentaire.
    •    octobre1929 : la crise (notamment Jeudi 24 : jeudi noir : 13 millions de titres sont mis sur le marché puis le mardi 29 octobre 16,4 millions d’actions sont mises en vente).
    •    années 1930 : crise économique
    •    1939-1945 : seconde guerre mondiale
    •    1945-1975 : les « Trente Glorieuses » : forte croissance économique (en réalité cette période dure un peu moins de 30 ans, le premier choc pétrolier se produisant en 1973). Cette croissance a aussi été qualifiée de croissance fordiste car les industries se sont mises à utiliser l’organisation du travail préconisée par Ford (notamment l’introduction du convoyeur)
    •    mai 1968 : grandes grèves en France (rejet du fordisme)
    •    années 1975-1995 : les « Vingt Piteuses »


    Article écrit par Michel Aglietta « Comment réguler la mondialisation financière ? » (Alternatives économiques HS 75 « la finance »1er trimestre 2008)
    -    Mieux surveiller les banques
    -    Organiser la titrisation
    -    Promouvoir des investisseurs stabilisants
    -    Mieux surveiller les agences de notation
    -    Elargir la politique monétaire

    La crise des subprime : documents complémentaires extraits du HS poche n° 38 « La crise » d’Alternatives économiques, avril 2009.

    Subprime : emprunts immobiliers réservés à une clientèle présentant des risques d’insolvabilité (difficultés financières dans le passé, revenus faibles ou instables). Ce crédit risqué s’est fortement développé aux Etats-Unis à partir de 2004-2005. En général ces prêts sont à taux variables. Les subprime s’opposent aux primes : prêts immobiliers de première qualité réservés à une clientèle solvable.

    Comment des établissements de crédit ont-ils pu prêter à des ménages aussi fragiles dans des conditions si hasardeuses ? [….car] sur le moment tout le monde y trouvait son compte : les ménages emprunteurs, souvent inconscients des conditions réelles de remboursement de leur  prêt, les courtiers empochaient leur commission, les banques n’avaient pas de raison d’être très regardantes sur les capacités de remboursement des emprunteurs puisque grâce à la titrisation, elles pouvaient sortir ces créances quelque peu douteuses de leur bilan en les transformant en titres vendus sur les marchés financiers.

    Titrisation = transformer un crédit en actif financier (action, obligation) pour le revendre. Cela permet de transférer un risque.
    […] Encore fallait-il trouver des investisseurs prêts à racheter ces paquets de crédits pourris. C’est là qu’intervient la titrisation. […] Personne n’a tiqué, pas même les agences de notation, censées évaluer la qualité de ces produits. […]

    Agences de notation financière : organismes évaluant la capacité des émetteurs de titres à honorer leurs engagements = payer les intérêts et rembourser le capital emprunté aux conditions prévues. Ces organismes se fondent sur des critères comptables avant de noter chaque titre (notes allant de AAA = risque quasi nul à C = en faillite)

    Le juteux business des subprime reposait sur une condition centrale : que le prix des logements continue de s’apprécier, l’emprunteur pouvant alors espérer revendre et rembourser par anticipation ou renégocier son prêt. Mais à la fin de l’année 2006, le marché immobilier américain a commencé à se retourner sous l’effet de la montée des taux d’intérêt.


    Les grandes étapes :
    Juin à septembre 2007 : début de la crise : première vague de déclassements d’actifs (= titres) adossés à des crédits subprime par les agences de notation.
    Octobre 2007 à février 2008 : montée des inquiétudes sur le secteur bancaire et les assureurs de crédit
    Mars à août 2008 : intensification de la crise : lourdes pertes pour les banques commerciales américaines et européennes. Ralentissement de l’activité économique aux Etats-Unis et en Europe.
    Septembre à novembre 2008 : le paroxysme de la crise bancaire et l’extension au reste du monde : faillites bancaires aux Etats-Unis (notamment Lehman Brothers). Les économies américaine et européenne plongent dans la récession. L’investissement chute, les prix immobiliers baissent, les ventes d’automobiles s’effondrent.
    Décembre 2008 à mars 2009 : annonce de plans de relance dans tous les grands pays industrialisés. La Banque Centrale Européenne baise fortement les taux d’intérêt, la Fed (banque centrale américaine : Federal Bank) et la Banque d’Angleterre adoptent une politique de taux zéro.

    Les prémices de la crise : le système financier américain masquait une immense machine à recycler des dettes de qualité douteuse. Jusqu’au jour où les risques savamment dissimulés ont commencé à refaire surface, sans que personne ne sache les situer ni les évaluer. La panique s’est alors emparée des marchés financiers.

    L’engrenage : le retournement du marché immobilier aux Etats-Unis déclenche une vague de défauts de remboursement des prêts subprime. Les banques découvrent qu’elles ont joué avec le feu. Par effet domino une crise financière de grande ampleur se répand. La crise financière se transforme ensuite en crise économique via le rationnement du crédit. Seule une action publique massive peut casser cette spirale.