Connectez-vous

Accueil

Ep. composée

Publié le Nov 24, 2013 Modifié le : Nov 30, 2013

Écrire à l'auteur

Le  Sunday, November 24, 2013

Enoncé EC 17 Term.

Inégalités, L. E., bac., pol. éco. UEM

  • BACCALAUREAT BLANC
    SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES
    DURÉE DE L’ÉPREUVE : 4 heures
    L’usage de la calculatrice est strictement interdit
    Épreuve composée

    1 – Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles dans le cadre de l’enseignement obligatoire.

    2 – Pour la partie 2 (Étude d’un document), il est demandé au candidat de répondre à la question en adoptant une démarche méthodologique rigoureuse de présentation du document, de collecte et de traitement l’information.

    3 – Pour la partie 3 (Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet :

    - en développant un raisonnement ;
    - en exploitant les documents du dossier ;
    - en faisant appel à ses connaissances personnelles ;
    - en composant une introduction, un développement, une conclusion.

     

    II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

     

    Première partie : Mobilisation des connaissances (6 points)

     

    QUESTION 1. Montrez que les inégalités économiques peuvent entrainer des inégalités sociales.

     

    QUESTION 2. Présenter les avantages du libre-échange pour les producteurs et pour les consommateurs.

     


    Deuxième partie : Étude d’un document

     

    Question : Vous présenterez le document, puis vous caractériserez l’accès au baccalauréat selon la catégorie sociale

     ec mcb doc1

     

    Troisième partie : Raisonnement s’appuyant sur un dossier documentaire (10 points)

     

    Sujet : A partir du dossier documentaire et de vos connaissances, vous montrerez qu’il est difficile de coordonner les politiques économiques dans l’union économique et monétaire européenne.

     

    DOCUMENT 1 :

     

    Réunis le 30 janvier à Bruxelles, les dirigeants européens ont précisé les lignes du nouveau "Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance". Celui-ci vise à renforcer la discipline budgétaire entre les Etats signataires en les soumettant notamment au principe d'une règle d'équilibre budgétaire et en introduisant des sanctions quasi-automatiques en cas de non-respect. L'Allemagne n'est cependant pas parvenue à imposer une mise sous tutelle de la Grèce.

    Le nouveau "pacte budgétaire" adopté le 30 janvier par 25 des 27 Etats de l'Union européenne impose aux budgets nationaux d'être équilibrés ou excédentaires : les déficits budgétaires structurels des Etats ne devront plus dépasser 0,5% du PIB. Dans le cas contraire, chaque Etat doit mettre en place lui-même un mécanisme automatique de correction afin de rétablir l'équilibre. Il est toutefois précisé que lorsque la dette publique est inférieure à 60% du PIB et que les risques de dérapage des finances publiques sont faibles, ce déficit structurel peut atteindre 1% du PIB. De plus, des "circonstances exceptionnelles" peuvent justifier une "déviation temporaire" de l'objectif à condition qu'elles ne mettent pas en danger la santé budgétaire du pays à moyen-terme.

    La limite de 3% du PIB du Pacte de stabilité et de croissance est maintenue pour les déficits publics annuels, mais des sanctions quasi-automatiques seront appliquées à partir de juillet : une majorité qualifiée sera nécessaire au Conseil, non plus pour lancer une procédure de déficit excessif contre le pays, mais pour la bloquer (majorité qualifiée "inversée"). Les pays soumis à une telle procédure devront mettre en place un "programme de partenariat économique et budgétaire" avec les institutions européennes (Commission et Conseil), à travers lequel ils détailleront les réformes structurelles qui doivent être mises en œuvre.

    Source : touteleurope.eu, publié en 2013

     

    DOCUMENT 2 :

    DOCUMENT 3 :

     ec mcb doc2 ec mcb doc3