Connectez-vous

Accueil

Création monétaire

Publié le 23 avr. 2014 Modifié le : 1 déc. 2015

Écrire à l'auteur

Le  mercredi 23 avril 2014

Fiche banque centrale

I. Roux, L. Auffant. Aix-Marseille

  • Fiche concept : banque centrale (1ère ES)

     

    Décrire le concept :

    La banque centrale est une institution financière qui veille sur la monnaie, elle émet les billets (monnaie fiduciaire), elle facilite le refinancement des banques de second rang (appelées aussi les banques commerciales, la dénomination « banques de second rang » permet de saisir la hiérarchisation du système bancaire), elle met en œuvre la politique monétaire.

    La principale fonction de la banque centrale est de préserver le pouvoir d’achat de la monnaie donc de lutter contre l’inflation. La banque centrale est aussi appelée la « banque des banques » car elle contrôle l’émission de monnaie des banques de second rang, elle veille à assurer la liquidité bancaire (notamment lors des crises de confiance) et elle joue le rôle de prêteur en dernier ressort quand les banques de second rang ne veulent plus se prêter de la monnaie entre elles (panique bancaire, les banques ne se font plus confiance). Toutes les banques de second rang sont obligées de détenir un compte créditeur non rémunéré auprès de la banque centrale (la BCE – banque centrale européenne-  dans la zone euro).

     

    Illustrer le concept :

                Des exemples :

                La BCE (banque centrale européenne)
                La Fed (banque centrale des États-Unis)

     

                Des contre-exemples :

                Le crédit mutuel : banque de second rang

     

    Situer et relier le concept : les notions liées

    Fonctions de la monnaie (ch 4.1) :la monnaie est un actif parfaitement liquide. La monnaie peut être définie par ses fonctions économiques. La monnaie remplit trois fonctions économiques : intermédiaire des échanges, unité de compte et réserve de valeur. La monnaie est une institution qui repose sur la confiance que lui accordent les agents économiques. Unité de compte : fonction de la monnaie qui permet d’exprimer la valeur de tous les biens en termes d’un seul bien. Intermédiaire des échanges : fonction de la monnaie qui permet de rompre avec le troc : le bien A est échangé contre de la monnaie, puis la monnaie contre le bien B (ou C ou D…). Le problème de la double coïncidence des désirs est donc résolu par cette fonction. Réserve de valeur : fonction qui permet de différer l’acte d’achat. Cette fonction est mise à mal par l’inflation.

    Création monétaire (ch 4.3): toute opération qui conduit à augmenter le stock de monnaie en circulation c’est-à-dire les moyens de paiement détenus par les agents économiques non bancaires et utilisables à court terme pour régler leurs dépenses. Dans la mesure où la masse monétaire est composée principalement de monnaie scripturale, la création de monnaie est essentiellement une création de monnaie scripturale faite par les banques. Celles-ci créent de la monnaie en accordant des crédits aux entreprises ou aux ménages : « ce sont les crédits qui font les dépôts ». En contrepartie, les banques détiennent des créances sur les agents à qui elles font crédit. La banque centrale crée elle aussi de la monnaie (acquisition de devises, achats de titres détenus par les banques de second rang).

    Masse monétaire (ch 4.3) : quantité de monnaie en circulation dans l’économie. Elle comprend les pièces, billets, dépôts à vue et à terme dans les banques et les comptes sur livrets. La masse monétaire correspond aux moyens de paiement détenus par les agents économiques non bancaires et utilisables à court terme pour régler leurs dépenses. (La monnaie banque centrale ne fait pas partie de la masse monétaire.)

    Marché monétaire (ch 4.3) : c’est le marché des capitaux à court ou moyen terme, sur lequel les banques de second rang et les grandes entreprises s’échangent des liquidités.

    Risque de crédit (ou de défaut) (ch 4.2) : le risque auquel s’expose un créancier dans le cas où un débiteur se révèle incapable de respecter ses engagements, c’est-à-dire de rembourser sa dette ou de payer les intérêts de cette dette à l’échéance (date) fixée.

    Taux d’intérêt (ch 4.2) : pour l’emprunteur, le taux d’intérêt représente le coût du capital emprunté, il correspond à un pourcentage de la somme empruntée à verser en plus de cette somme. Pour le prêteur, le taux d’intérêt représente le pourcentage de la somme qu’il prête, c’est un revenu du capital (on dit aussi que c’est le loyer de l’argent ou le prix du capital prêté). Les taux d’intérêt varient selon la durée et le risque du prêt. Les taux d’intérêt peuvent être fixes ou variables.

    Crédibilité : la crédibilité de la banque centrale et la crédibilité de la politique monétaire sont primordiales afin que les agents économiques aient confiance dans la monnaie, dans l’efficacité de la lutte contre l’inflation. C’est pourquoi les banques centrales sont indépendantes des États.

    Prêteur en dernier ressort  (ch 4.3) : la banque centrale crée de la monnaie banque centrale afin d’assurer la liquidité des banques de second rang, et parfois afin d’éviter des faillites bancaires. Cette fonction est utilisée lorsque les banques de second rang ne veulent pas se prêter de la monnaie, l’économie est  alors dans une situation de risque d’illiquidité.Cette situation se produit quand les risques de défaut sont en augmentation.

    Crise de liquidité (ou illiquidité) : situation dans laquelle les établissements financiers refusent de se prêter des fonds.

    Stabilisation (ch 5.1) : c’est une des trois fonctions économiques de l’Etat décrites par R Musgrave. Cette fonction comprend un ensemble de mesures permettant d’assurer une croissance économique équilibrée. Cette fonction comprend donc toutes les politiques conjoncturelles.

    Politique monétaire (ch 5.3) : ensemble de mesures qui ont un impact sur la monnaie en circulation dans une économie. Les instruments utilisés dans le cadre de la politique monétaire sont les opérations de vente et d’achat de titres sur le marché monétaire (open market), la fixation du taux de réserves obligatoires et la fixation des taux d’intérêt directeurs (taux appliqué aux opérations de refinancement des banques de second rang auprès de la banque centrale). La politique monétaire peut être une politique monétaire de relance (le but est de faire repartir la croissance en agissant sur la demande globale) ou une politique de rigueur (le but est de lutter contre l’inflation et les déficits). Les banques centrales ont ainsi un rôle à jouer dans la régulation conjoncturelle de l’activité économique.

    Inflation (ch 5.3) : l’inflation ou hausse généralisée des prix, fait diminuer le pouvoir d’achat de la monnaie. Elle remet en question la fonction de réserve de valeur de la monnaie. La banque centrale lutte contre l’inflation afin de préserver le pouvoir d’achat de la monnaie.

     

    bc b2r


    Fonctions de la Banque centrale  et instruments de la politique monétaire :

     

    bc pol-monetaire 

    Emploi de la notion : à quoi cela sert-il ? Problématiques

    Quels sont les rôles d’une banque centrale ?
    Quels sont les instruments de politique monétaire utilisés par les banques centrales ?

     

    À retenir : faits.

    Dans la zone euro, la politique monétaire est définie et conduite par la Banque Centrale Européenne, les Etats ayant adopté l’euro ne sont donc pas autonomes en matière de politique monétaire.

    L’objectif principal de la BCE est de maintenir l’inflation dans la zone euro en dessous de 2% par an.

    Cet objectif est parfois critiqué notamment si l’on compare la BCE et la Fed. 

    Le rôle de prêteur en dernier ressort a été mis en évidence lors de la crise des subprimes.

     

     

    Documents et exercice complémentaires

     

    Document 1 : les banques centrales face à la crise des subprimes

     

    Les banques commerciales peuvent à tout moment manquer de liquidités pour assurer leurs activités quotidiennes (retraits de clients, opérations de compensation entre les banques, etc.)  [...] Lorsqu’une banque doit se refinancer, c’est-à-dire doit trouver des liquidités pour régler une dette, elle peut les trouver sur le marché monétaire. Ce marché permet aux banques et aux grandes entreprises de prêter ou d’emprunter des montants élevés sur des durées courtes (d’une journée à un an) et donc de placer leurs excédents de trésorerie de court terme ou au contraire de faire face à un déficit temporaire de liquidité. C’est également sur ce marché que la banque centrale peut intervenir pour prêter des liquidités ou en « emprunter » (ce qui revient à les retirer du circuit). En 2007, les premières manifestations de la crise des subprimes ont installé un tel climat de défiance qu’elles refusaient de se prêter mutuellement de l’argent via le marché monétaire : de nombreuses banques se sont donc trouvées en situation de manque de liquidités, ne pouvant honorer leurs engagements par incapacité à trouver la liquidité nécessaire alors même que les banques en question détenaient des actifs ayant une valeur supérieure aux engagements pris ! Afin d’éviter une vague de faillites bancaires, dommageable pour l’ensemble de l’économie, les banques centrales ont joué leur rôle de « prêteur en dernier ressort » : elles ont « injecté » des liquidités, ce qui signifie qu’elles ont alimenté le marché interbancaire en liquidités. Leur action a consisté à accorder massivement des prêts aux banques qui en avaient besoin, en échange d’actifs, servant de garantie. L’offre de liquidités aux banques commerciales figure parmi les « activités normales » des banques centrales, même en l’absence de crise. Face au caractère exceptionnel de la situation, les banques centrales ont cependant modifié les modalités d’octroi de la liquidité et les montants en jeu : elles ont accepté une gamme plus vaste d’actifs comme garantie, accordé des prêts plus longs et plus importants, et élargi la liste des banques pouvant en bénéficier. Lorsque les banques centrales injectent des liquidités, elles ne donnent donc pas de l’argent aux institutions financières, mais les prêtent en échanges d’actifs en garantie et d’un taux d’intérêt. Ce type d’opération se distingue donc de celles destinées à renflouer des banques au bord de la faillite par un apport de capital.

     Source : Nicolas Couderc, Olivia Montel-Dumont, Des subprimes à la récession, Comprendre la crise, La Documentation française, 2009.

     

    Document 2 : la nouvelle responsabilité des banques centrales

     

    Jusqu’à la crise financière qui a démarré en 2007, l’objectif prioritaire des banques centrales était simple : la lutte contre la hausse des prix des biens. […]

    Lorsqu’une crise financière éclate, les banques centrales sont en première ligne. C’est à elles d’assurer que les circuits de financement de l’économie retrouvent vite un fonctionnement normal. Elles sont ainsi massivement intervenues dès la fin de l’été 2007, lorsque les premiers soubresauts de la crise sont apparus.

    Leur rôle a d’abord consisté à faire ce qu’elles font en temps normal : aider les banques qui connaissent des difficultés à traverser une mauvaise passe en leur prêtant de l’argent. En clair, en faisant fonctionner la planche à billets. Mais les prêts sont d’un ou plusieurs jours et en échange, la banque centrale demande aux banques de lui donner des actifs financiers en garantie (essentiellement des bons du Trésor).

    Avec le développement de la crise et plus encore après la panique qui a suivi la chute de Lehman Brothers, leur intervention a dû prendre des voies moins conventionnelles. Plutôt que d’agir directement sur les marchés immobiliers ou les Bourses, les banques centrales se sont d’abord employées à sauver les banques : la Banque centrale européenne (BCE), par exemple, a accordé aux établissements financiers des prêts à un an alors qu’elle leur prête d’ordinaire de l’argent à court terme ; elle a annoncé qu’elle répondrait à toutes les demandes des banques quand, d’habitude, c’est elle qui choisit le montant de ses prêts ; elle a aussi allongé la liste des titres qu’elle accepte en garantie pour ses prêts et s’est même organisée avec la Fed pour pouvoir fournir des dollars aux banques européennes qui en manquaient. Tout cela visait à alléger les contraintes sur les liquidités des banques, leurs besoins d’argent à court terme. Mais allant encore plus loin, la BCE a acheté à 60 milliards d’euros d’obligations émises par les banques, participant ainsi à leur financement sur le moyen-long terme. En 2010, elle a également acheté pour environ 65 milliards d’euros de titres de dettes publiques de pays européens (Grèce, Portugal, Espagne, Irlande), lors des crises souveraines de l’été et de l’automne dernier.

    Source : Alternatives économiques HS 87, 1er trimestre 2011.

     

    Exercice sur la politique monétaire : complétez avec hausse (↑), baisse (↓), ralentit, achète, vend.

     

    Orientation

    Relance

    Rigueur

    Objectifs

    Consommation, investissement … (demande globale…)

    Stabilité des prix, lutte contre les déficits (publics et extérieur)

    Mesures

    Offre de monnaie …

    • réserves obligatoires…
    • open market : la banque centrale .……. des titres
    • taux directeurs....

    Offre de monnaie …

    • réserves obligatoires …   
    • open market : la banque centrale…….  des titres
    • taux directeurs ...

    Effets positifs attendus

    Consommation…

    Investissement…

    Chômage ...

    Croissance...

    Désinflation : contexte favorable à l’investissement et à la consommation

     

    Limites

    Inflation donc perte de confiance dans la monnaie  + risque que la consommation … donc la croissance…..

    Consommation…

    Investissement…

    Chômage…

    Croissance molle