Vous êtes ici  :   Accueil > Lycées
Connectez-vous

Accueil

Lycées

Publié le Sep 30, 2014 Modifié le : Nov 5, 2018

Écrire à l'auteur

Le  Tuesday, September 30, 2014

La prise de notes

Maîtrise de la langue dans toutes les disciplines

  • prise de notes

    La prise de notes

     

    C’est notre « mémoire de papier » (Montaigne)

    Elle implique plusieurs actions simultanées : écouter, comprendre, sélectionner et noter. Un principe essentiel : écouter beaucoup, écrire peu.

    Rappel : on ne retient que 20 % de ce que l'on entend, 40 % de ce que l'on voit, mais 80 % de ce que l'on fait, dit ou écrit !

    La PdN facilite donc la compréhension et la mémorisation.

     

     

    Principes d’une prise de notes efficace pour l’élève

     

    - Ecouter attentivement

    * Disposer du matériel adéquat : feuilles vierges, stylos de couleurs différentes, fluo, ordinateur, ardoise Velléda...) ;

    * être concentré et attentif (écouter mais aussi regarder le locuteur dont les gestes, les attitudes aident à la prise de notes).

     

    - Sélectionner les informations principales

    * ne pas tout noter, ne reprendre que les informations principales (qui peuvent être  redondantes, souvent) ;

    * ne pas supprimer tous les exemples : conserver le plus significatif ;

      conserver intégralement définitions, citations et formules frappantes ;

    * repérer le plan du cours, s'appuyer sur les mots de liaison pour percevoir la progression et les enchaînements des informations. Nécessité d’avoir un projet : mémorisation de données ? documentation ? notes pour un oral ?

     

    - Utiliser des mots clés

    * alléger au maximum ses notes en éliminant (quand cela est possible) articles, déterminants, adverbes pour ne conserver que des mots clés ;

    * utiliser des abréviations, des symboles, des flèches, des schémas partagés, donc assez standardisés ; le principe est dit T.A.S : T : télégraphique (style), A : abréviations, S : signes et symboles ;

    * noter systématiquement les noms propres, les termes nouveaux ou ambigus, les dates...

     

    - Reformuler

    * essayer de reformuler avec ses propres mots ;

    * chercher le mot adéquat qui va synthétiser l'idée, la notion ou le concept (par exemple : un terme englobant, générique, pour remplacer une énumération)

    * reprendre ses notes le plus vite possible (la mémoire est très volatile) pour compléter, modifier, reformuler avec ses mots : une nécessité pour s’approprier  l'information.

     

    - Aérer ses notes

    * utiliser des feuilles vierges, recto seulement ;

    * éviter de mélanger les notes appartenant à des disciplines et à des domaines différents ;

    * prévoir une marge à droite (dans le sens de la lecture) pour pouvoir compléter à la relecture ou noter les questions soulevées, les digressions, les précisions à demander la prochaine fois... ;

    * aller fréquemment à la ligne / occuper tout l'espace de la feuille.

     

         

     Cela implique, pour le professeur :

     

    - Avoir un projet, sorte de « boussole » qui va orienter la lecture ou l’audition du texte. Problématiser au début, apporter une réponse en fin de séance. Cela implique un enseignement qui ne soit pas formaté, mais ouvert à des choix, et fondé sur un projet spécifique.

     

    - « Mettre en scène » son discours, en sachant insister sur l’essentiel en fonction de son auditoire ;

    - Organiser son propos en tenant compte des nécessités de la PdN : pauses, insistances, reprises.

     

    - Articuler compréhension et prise de notes chez l’élève ;

    Expliciter pour créer de la motivation et de la compréhension ; faciliter la PdN des élèves : plan + mots difficiles, noms propres, notés au tableau.

     

    -  Construire une stratégie d’apprentissage de la PdN dès le collège :

    . d’abord recopiage, ensuite guidage d’une PdN contrôlée, puis autonome

    . lycée :faire passer l’élève d’une PdN différée (à la fin du cours) à une PdN intégrée (pendant).

     

    - Utiliser le tableau comme support d’apprentissage collectif de l’autonomie (d’où une nécessaire réflexion sur les reformulations opérées).