Connectez-vous

Accueil

Accueil

Publié le Mar 1, 2016 Modifié le : Mar 3, 2016

Écrire à l'auteur

Le  Tuesday, March 1, 2016

Dali et Bollywood, surréaliste ?

Dans le cadre du programme de français en 1ère BAC PRO, l’objet d’étude « Du côté de l’imaginaire » invite les élèves à découvrir le courant littéraire initié par André Breton : le surréalisme.

  •  

    Les attentes 

     

    Dans le cadre du programme de français en 1ère BAC PRO, l’objet d’étude «Du côté de l’imaginaire» invite les élèves à découvrir le courant littéraire initié par André Breton : le surréalisme.

     

    Julien Blaise, enseignant en lettres-histoire au Lycée professionnel L’Estaque de Marseille, a proposé à ses élèves l’activité suivante : sous-titrer les dialogues d’un extrait de film hindi. L’enjeu était de tenter d'intéresser les élèves à un sujet qui, d'habitude et par expérience, ne les intéresse pas.

     

     

    La séquence «Comment les surréalistes jouent-ils avec les moyens du langage ?» comprend 4 séances :

    • Séance 1 - En quoi le surréalisme est-il une nouvelle façon de voir le monde ?
    • Séance 2 - Comment l’art surréaliste réinvente-t-il le thème de l’amour ?
    • Séance 3 - Haïkus et surréalisme : comment déclencher l’écriture poétique à partir de photographies surréalistes ?
    • Séance 4 - Évaluation

     

     

     

    L’activité

     Extrait Bollywood

    Au cours de la première séance, les élèves doivent comprendre les objectifs des auteurs surréalistes et leur démarche.  Ils doivent jalonner la période et déjà goûter à une œuvre surréaliste, en l’occurrence, une œuvre picturale.

     

    C'est au cours de cette séance que les élèves sous-titrent l’extrait. L’enseignant a auparavant permis aux élèves une première accroche avec le mouvement surréaliste en leur soumettant un tableau de Magritte, "La clé des songes". Après une réflexion collective, les élèves rédigent une synthèse écrite et peuvent se lancer dans l'activité de sous-titrage.

     

    Via les sous-titres élaborés par les élèves, un des personnages de l’extrait devait donner une définition du surréalisme puis le même ou un autre personnage devait décrire et interpréter un tableau surréaliste.

     

    Les élèves devaient aussi adapter les sous-titres aux émotions et comportements des acteurs.

     

    Les élèves se sont rendus en salle informatique, équipés d’un casque, et ont eu accès au logiciel : Windows Movie Maker. Seules quelques fonctions très simples sont utilisées. L’enseignant avait préalablement déposé sur l’ENT un dossier par élève contenant :

     

    • un tutoriel pour le logiciel Windows Movie Maker, adapté à la séance
    • l’extrait vidéo (.mp4), le tableau (.jpg)
    • un document Word précisant les démarches à effectuer

     

    Un des travaux d’élèves est disponible à l’adresse suivante :

    https://www.youtube.com/watch?v=45B-4xl68IY

     

    Cette idée d’activité a été empruntée à un autre professeur, François Jourde, dont les travaux avaient été signalés dans le cadre d’une réunion du groupe académique de formation et de compétence « Apprendre et enseigner avec les jeux numériques » :

    https://profjourde.wordpress.com/2011/10/06/bollywood-marx/

     

     

    Le bilan 

     

    De nombreux élèves ont rencontré des difficultés liées à la prise en main du logiciel Windows Movie Maker. Mais une fois que les fonctions nécessaires au montage ont été comprises, ils ont réalisé l’activité avec enthousiasme.

     

    L’enseignant adoptait auparavant une modalité pédagogique classique pour ce cours : mise à disposition d’un document dans lequel les élèves allaient chercher les motivations et les objectifs des fondateurs du surréalisme. Dans cet exercice de sous-titrage, non seulement les élèves écrivent avec plaisir mais ils travaillent de surcroît des notions importantes. Les notions visées ont été comprises et la poursuite de la séquence a été facilitée par cette entrée en matière.