Connectez-vous

Accueil

Artistes à l'école

Publié le 6 déc. 2016 Modifié le : 13 déc. 2018

Écrire à l'auteur

Le  mardi 6 décembre 2016

Carte postale n°1 du projet "D'où venons nous" du collège H. Wallon

Dans le cadre d'Artistes à l'école, le collège Henri Wallon présente une première carte postale autour de son projet D'où venons nous, soutenu par la Fondation Casino.

  • "Nous sommes tous égaux" - Projet D'où venons nous du collège H. Wallon

     

    « Nous ne sommes rien, c’est ce que nous cherchons qui est tout » Hölderlin, Hypérion

    Cette phrase est celle que nous avons choisis ensemble comme moteur de la création collective « D’où venons nous ? ». Elle parle pour nous du processus de  création : la façon dont on parcourt le chemin est essentielle à la structuration d'un spectacle, d’une vie, et parfois tout autant que le résultat. Cette phrase met en exergue le sujet de notre création : la transmission. Il est important de dialoguer avec ses origines pour connaître un peu plus où l’on veut aller, qui nous sommes, d’où venons-nous ?

    Premier atelier de danseNous intervenons tous les vendredis de 13h30 à 15h30. Nous avons débuté le 30 septembre, puis le 7 octobre, et le 14 octobre. Ensuite il y a eu deux semaines de vacances et le 11 novembre était un vendredi férié. La dernière séance a eu lieu le 4 novembre.

    Un cahier circule à chaque atelier ainsi qu’un appareil photo. Les élèves choisissent en fin de séance quelles phrases issues des improvisations ils souhaitent conserver, elles sont ensuite notées dans le cahier. Puis ils choisissent quelles scènes ou quelles chorégraphies ils désirent mettre en avant et reproduire pour des photos qui seront conservées en mémoire du travail.

    Nous vous offrons ici en première carte postale un choix de 6 photos, ainsi que toutes les phrases choisies par les élèves.

    « Personne n’est le centre du monde »
    « On est rien comparé à la terre »
    « Nous sommes tous égaux »
    « Dans le pays des morts, il y a mille plus une fleur. »
    « Dans le pays des morts, il y a tous les proches que nous avons perdus »
    « Le pays des morts est un champ de coquelicots »
    « C’est ce qu’on cherche qui nous rend intéressant »
    « T’as pas deux secondes pour prendre tes affaires et partir ! »


    Les ateliers se déroulent à merveille. Les élèves sont enthousiastes et volontaires. Ils attendent le vendredi après-midi avec impatience. Le projet débute bien et les propositions artistiques des élèves nous étonnent par leur maturité. Des chants et des danses nous sont proposés par les élèves. Des chants traditionnels de Mayotte. Un des élèves veut enregistrer un chant de sa grand-mère originaire des Comores. Et les improvisations réunissant toutes les générations sur un plateau, enfants, parents et grand parents, sont très riches. Les élèves jouent tous les personnages de tous les âges.




    Stéphanie Lemonnier - Christelle Piccitto - Fikriye Aydin - Amandine Royère  - Gregory Jonquet

     

    Position neutre Notre danse
    déplacement choral