Connectez-vous

Accueil

Réseau Marseille Vieux Port Calanques

Publié le Jun 19, 2017 Modifié le : May 4, 2018

Écrire à l'auteur

Le  Monday, June 19, 2017

L'évaluation : Intervention de Françoise Rainaud, du groupe évaluation académique dans le bassin Marseille centre

Emmanuel Moreau, Françoise Rainaud, bassin Marseille centre,12/06/2017, collège Thiers

  • Françoise Rainaud est intervenue auprès des documentalistes du bassin centre sur la question de l’évaluation par compétence des apprentissages documentaires. En effet, avec les réformes, les enseignants sont amenés à co-évaluer les élèves en fonction des domaines de compétences du socle commun. Les professeurs documentalistes participent activement de l’acquisition de ces compétences par les élèves. Mais dans quelle mesure peuvent-ils être intégrés au processus de validation, en lien avec les équipes pédagogiques ?

     

    La matinée a donc été consacrée à étudier les enjeux et conditions théoriques de l’évaluation, avant de réfléchir en groupes sur des cas concrets d’évaluations par compétences dans une séquence.

     

    Quelques questions importantes à se poser sur l’évaluation :

    • l’évaluation pour tous est-elle juste ?
    • Sur quoi porte l’évaluation : les performances, les progrès, les compétences ?
    • L’évaluation est-elle une sanction ou une valorisation ?



    Démarche à suivre :


    • L’évaluation d’une acquisition doit être à l'origine d’une séance pédagogique, et ne doit pas en être une conséquence.
    • Dans une évaluation DE l’apprentissage (évaluation sommative), le professeur s’auto-évalue, tandis que dans une évaluation POUR l’apprentissage, les progrès de l’élève sont mesurés.

     

    Quelques enjeux :


    • Comment différencier un acquis (qui est passé, figé) d’une maîtrise (l’élève sait faire) ?
    • Comment évaluer ?
    • Comment partager l’évaluation entre différents professeurs ?
    • Comment assurer la transférabilité, la durabilité et la progressivité des compétences évaluées ?

     

    Présentation d’un exemple concret : une validations de compétences avec le logiciel Sacoche



    Que faire en cas de compétence non acquise :


    • Assurer un enseignement circulaire dans lequel les notions reviennent ;
    • L’élève peut aussi être à nouveau évaluer : il doit faire l’effort de recommencer le travail ;



    Travailler des compétences transversales pour que l’élève progresse :


    • Projet de “mise au travail”. Les élèves sont inscrits en soutien obligatoire en lieu et place de mauvaises évaluations, afin qu’ils puissent retravailler les notions.
    • Projet de travail coopératif. Formation de groupes de 12 élèves, de niveau mélangés en “peer support”, dans lesquels chaque élève peut tutorer ses camarades.


    Études de cas :

    Travail en groupe sur trois situations concrètes.

    Les problématiques qui se dégagent de cette réflexion pratique sont :

    • Comment, concrètement, évaluer des compétences ? Il est indispensable de réfléchir aux critères d’évaluation des compétences se pose (par exemple : comment valider la compétence : “l’élève est attentif à la portée de ses paroles et à la responsabilité de ses actes”.
    • Prévoir une progression des acquisitions, en s’appuyant sur les progressions proposées sur le site académique ?
    • Nombre de compétences à valider : même si les activités mettent en oeuvre de nombreuses compétences, ne pas valider plus de 3-4 compétences par séance : il faut se concentrer sur certaines compétences, et ne pas s’appesantir sur certaines celles déjà acquises.
    • Répartir les compétences à évaluer entre les intervenants, de manière aussi à multiplier les points d’entrée ;
    • Dans le cadre d’un projet qui fait intervenir des élèves devant la classe, il faut évaluer l’ensemble de la classe, et non pas seulement les candidats qui sont intervenus à l’oral.

     

    Vous pouvez retrouver le support de l'intervention ci-dessous en vidéo ou dans les documents d'accompagnement en diaporama.