Connectez-vous

Accueil

Classes hybrides

Publié le May 5, 2018 Modifié le : Aug 29, 2018

Écrire à l'auteur

Le  Saturday, May 5, 2018

S’ENTRAÎNER À LA DISSERTATION EN CLASSE INVERSÉE

Méthode d'hybridation

  • [i] L’« hybridation » est une forme d’enseignement qui mélange, en proportions variables, différentes modalités de formation – synchrone ou asynchrone, présentiel ou distanciel – et autant de postures de formateur – entre la transmission et l’accompagnement (Source : M. Lebrun, J. Lecoq, Classe inversée : enseigner et apprendre à l’endroit, Réseau Canopé, 2015, p.16-17, 20, 41, 55, 57).  [ii] La « scénarisation » est une méthode d’apprentissage qui fait reposer l’acquisition des connaissances sur 5 facteurs : informer, motiver, activer, interagir et produire. Scénariser un cours demande de mettre des ressources à disposition des élèves, ainsi que des éléments de guidance et d’accompagnement.  [iii] Une « activité » est un ensemble de tâches finalisées ; les « acteurs » sont ceux qui les effectuent ; les « rôles » sont leurs comportements attendus ; leurs « ressources » sont les moyens qu’ils utilisent ; des « événements » sont les faits qui déclenchent, interrompent ou modifient le cours des processus ; leur « structure » dépend de leur agencement : elle est « mécaniste », si les tâches sont prédéfinies et exécutées en série ; « systémique » si leur ordonnancement admet des variantes en lien avec l’environnement ; « émergente » enfin, si ces tâches sont déliées et laissées au libre choix des agents.  [iv] On distingue généralement trois classes « hybrides » : dans une classe « translatée », le professeur transmet le cours à distance et construit les apprentissages avec des élèves, en présentiel ; dans une classe « inversée », il leur transmet seulement les ressources qui leur permettront de co-construire eux-mêmes le cours en présentiel, ainsi que quelques-unes de ses prérogatives ; dans une classe « renversée », il ajoute le cours magistral à ces deux modalités et utilise toutes les formes scolaires pour atteindre son objectif pédagogique (Source : M. Lebrun, J. Lecoq, Op.Cit., p. 10, 16-18, 36, 48, 69, 74-75).  [v] L’hybridation reconfigure l’espace d’enseignement et peut alterner dans une même séquence 3 plans de classe : « frontal », lorsque le professeur est face aux élèves rangés par rangs ; en « îlots », lorsqu’ils forment des petits groupes entre lesquels il circule ; en « carré », quand ils se placent dos au mur et se font face ; en « fer à cheval » enfin, quand le professeur a une position frontale dans cette disposition.  [vi] L’hybridation reconfigure le temps d’enseignement, en alternant différentes modalités de formation : en présence ou à distance, synchrone ou asynchrone. Une formation est « présentielle », lorsque ses participants sont présents physiquement en un même lieu, où ils peuvent interagir et co-construire leur apprentissage ; « distanciel », lorsque ces interactions et ces co-constructions se font par voie électronique, à distance, en dépit d’un éloignement physique ; « synchrone », lorsque tous ses participants interagissent simultanément – en présence ou à distance – et « asynchrone » quand chacun travaille à son rythme sur un temps plus long. Une formation hybride mélange ces différentes modalités dans un même scénario.

     

    Argument : Comment faire travailler des élèves en groupes sur un sujet de dissertation, en individualisant les évaluations ? L’hybridation est une solution parmi d’autres. Cette forme scolaire fait varier les modes de formation et les postures des enseignants. Elle demande au professeur de scénariser son cours pour mettre ses élèves en activité. Elle diffère en ce sens du cours magistral : dans ce dernier, le scénario se confond avec le cheminement intellectuel de l’enseignant. Ce sont en revanche les interactions des élèves, entre eux et avec lui, qui l’écrivent dans l’autre cas. Dans le cours magistral, leurs activités consistent à écrire et à interroger le professeur, qui leur interdit généralement de discuter entre eux. En mode hybride, on part à l’inverse de leurs interactions et l’on organise leurs discussions pour construire avec eux leur apprentissage. Ces formes scolaires ne sont pas exclusives ; bien au contraire. On présente dans cette fiche une séquence d’entraînement à la dissertation en classe inversée. Inverser sa pédagogie et passer au numérique consiste à déléguer aux élèves et aux machines des tâches qui incombent traditionnellement aux professeurs, mais qu’ils peuvent aussi bien accomplir. Ce transfert libère l’intelligence de l’enseignant et le rend plus disponible.

     

     

    Remarque : On précise à chaque étape l’activité du professeur et des élèves, ainsi que la durée et le plan de classe. Lorsque les élèves travaillent en îlots, on détaille les activités dont l’évaluation est individualisée. Le « secrétaire distanciel » et le « documentaliste » doivent avoir une connexion internet. D’une manière générale, une séance synchrone est précédée d’une séance asynchrone. En classe, on doit disposer d’un ordinateur et d’un vidéoprojecteur, outre les supports pédagogiques préparés par l’enseignant. Le dispositif est conçu pour les séries générales et a été testé en 2016-2017, avec des classes de 32 élèves en moyenne.

     

    Table des matières

     

    Séance 1 : Mise en ligne des ressources – distanciel asynchrone    

     

     

    Séance 2 : De la carte au plan – présentiel synchrone  (2H)    

     

    Étape 2.1 : Distribution des rôles – classe entière, en frontal (5 min)   

    Étape 2.2 : Première série de réponses / opinion – classe entière, en binômes (5 min)

    Étape 2.3 : Formulation des 1ières hypothèses – classe entière, en frontal (15 min)  

    Étape 2.4 : Premier bilan – classe entière, en frontal (5 min)    

    Étape 2.5 : Seconde série de réponses / invention – classe entière, en binômes (5 min)

    Étape 2.6 : Formulation da la 2de série d’hypothèses – classe entière, en frontal (15 min)

    Étape 2.7 : Deuxième bilan – classe entière, en frontal (5 min)    

    Étape 2.8 : Redistribution des rôles – par groupe, en îlots (5 min)      

    Étape 2.9 : Construction des parcours – par groupe, en îlots (40 min)    

    Étape 2.10 : Premier rendu – classe entière (5 min)                

     

     

    Séance 3 : Dépôt des parcours – distanciel asynchrone        

     

     

    Séance 4 : De la discussion à l’évaluation par les pairs – présentiel synchrone (1H)    

     

     

    Étape 4.1 : Explication des consignes – classe entière, en fer à cheval (5 min)   

    Étape 4.2 : Exposés – en fer à cheval (3 min/exposé)             

    Étape 4.3 : Discussion – en fer à cheval (2 min/exposé)       

    Étape 4.4 : évaluation par les pairs – par groupe (1 min/exposé)        

    Étape 4.5 : Bilan final – classe entière (1 min)               

     

    Séance 5 : Dépôt des ressources – distanciel asychrone           

     

      Variante et prolongement                

      Synopsis du déroulement              

      Repères bibliographiques