Connectez-vous

Accueil

La planète terre. Les êtres vivants dans leur environnement

Publié le Mar 20, 2020

Écrire à l'auteur

Le  Friday, March 20, 2020

L’Ouvèze, une rivière de Provence en climat méditerranéen

Séance 2 : Étude des utilisations et des consommations en eau

  • Séance 2 : Étude des utilisations et des consommations en eau

     

    L’accompagnateur demande aux élèves de se souvenir des connaissances abordées avec la maîtresse la séance précédente :

    « - On a parlé de l’Ouvèze ! »

    « - Des gens construisent au bord des rivières et lors de crue, ils se retrouvent inondés ! »

    Les élèves réinvestissent le vocabulaire suivant en formant une phrase définition :le lit mineur et le lit majeur, l’érosion, la ripisylve, le seuil, l’étiage, la crue, la digue, le bassin versant, les méandres, les affluents.

    Le thème abordé lors de la séance est l’eau du robinet ou l’eau potable.

    « Est ce que vous savez d’où elle vient ? »


    Les hypothèses :

    Les élèves énumèrent alors l’ensemble des possibles qu’ils connaissent :
    - d’un puits de la maison ;
    - de l’Ouvèze, rivière proche du village ;
    - de la nappe phréatique- du canal de Carpentras

    Au passage, l’accompagnateur explique et défini les mots : nappe phréatique, puits et forage. Phréatique du grec ancien « phréar » qui voulait dire puits. Le puits est creusé par l’homme à une profondeur de plus ou moins 15 m. La nappe phréatique se trouve donc proche de la surface du sol à faible profondeur. L’eau est retenue à la surface par une couche imperméable proche de la surface. Pour aller chercher l’eau plus profonde, il faut creuser un forage. La nappe est dite souterraine.

    L’endroit où l’on trouve l’eau s’appelle la ressource.

    « A Vacqueyras, il y en a une ou plusieurs ? »

    « Comment fait elle pour arriver jusqu’à chez vous ? »

    « - Par des tuyaux ! »

    « -L’eau peut venir de la mer ! »

    « Comment est l’eau de ton robinet ? Salée ? »

    « - non ! »

    « Il existe des usines de dessalement mais elles dépensent beaucoup d’énergie pour retirer le sel de l’eau »

    « Qui apporte l’eau ? »

    « - nos parents ! »

    « - les plombiers ! »

    « - les cantonniers ! »

    « - les pompiers ! »

    L’accompagnateur aide les élèves dans leur choix par un questionnement et apporte des renseignements, des précisions si nécessaire.

    Vérification - Recherche de réponses :
    L’accompagnateur projette la carte du réseau de distribution d’eau potable et demande aux élèves d’observer.

    Après quelques minutes d’observation, il leur demande ce qu’ils remarquent.

    « - Les villages sont connectés les uns aux autres. Les tuyaux distribuent la même eau que nous dans d’autres villages. »

    L’accompagnateur propose de rechercher l’endroit de la ressource la plus proche et la plus abondante.

    Un élève fait une remarque pertinente :
    « On est sûr que c’est pas l’Ouvèze car en été, la rivière est à sec ! »

    « Alors d’où vient l’eau ? »

    Le syndicat de gestion porte le nom de « Syndicat Eau Intercommunal Rhône-Aygues-Ouvèze ». Les élèves déduisent rapidement que l’eau provient sans doute des trois cours d’eau.

    « Pourquoi a-t-on diversifié les ressources ? »

    réponses des élèves : « - Pour avoir plus d’eau ! »

    « - Pour avoir de l’eau même en été ! »

    L’accompagnateur présente la répartition des différents puits du syndicat. Les élèves peuvent ainsi valider ou invalider leurs propositions.

    La ressource la plus abondante se trouve sur la nappe du Rhône.

    « Comment fait-on pour prélever l’eau ? »

    « Nous connaissons les ressources mais comment prélève-t-on l’eau ? »

    Les élèves sont invités à dessiner leurs hypothèses au tableau et en argumenter le fonctionnement.

    Hypothèses :
    - l’eau est prélevée au fil de l’eau dans la rivière.
    - l’eau est prélevée par un canal équipé de trappes et de filtres pour partir ensuite dans les tuyaux.
    - l’eau est pompée par un tuyau au fond de la rivière.
    - l’eau est dérivée dans un lac par un canal puis pompée dans ce lac (pour éviter les dommages des crues).

    1000000000000320000002129CD4CB5A-17eab

    Vérification - Recherche de réponses :
    L’accompagnateur leur présente un exemple :

    Quand on est à la plage et que l’on creuse le sable, il arrive que l’eau remplisse le trou creusé. Cette eau ne vient pourtant pas de la mer. Mais d’où vient elle ?

    Les élèves trouvent naturellement l’origine de l’eau. Le sable est imbibé d’eau, et l’eau remonte dans le trou.

    100000000000032000000212DFBAA87B-aa0ae

    Alors si l’on creuse un puits au bord d’une rivière, l’eau remonte dans le puits au même niveau que le niveau de la rivière.

    L’eau traverse les alluvions, on dit que l’eau provient de la nappe alluviale.

    De plus les alluvions permettent de filtrer naturellement l’eau, ainsi l’eau des différents captages de notre réseau est potable.

    Modélisation :
    L’accompagnateur présente tout une série d’expérience sur les captages à partir d’une maquette qui modélise la nappe alluviale.Les élèves observent :
    - que le niveau de l’eau dans les puits est le même que celui de la rivière,

    - que lorsque l’on pompe dans un puits, le niveau de l’eau baisse dans la rivière puis dans le puits de l’autre berge,
    - qu’un polluant versé sur une berge proche de la rivière peut se retrouver dans les puits et la rivière.

    1000000000000320000002124EFBCEDE-30e7e

    Les alluvions sont si fins qu’ils filtrent l’eau et pourtant on y ajoute un produit !

    « Connaissez vous le produit que l’on ajoute à l’eau ? »

    « - Le chlore, comme dans les piscines. »

    L’accompagnateur insiste sur le fait que le chlore est extrêmement dangereux, il est efficace à très faible concentration. Il « tue tout » !

    Mais pourquoi mettre du chlore ?

    « - Les puits peuvent avoir des bactéries ! »

    « - La pompe peut être sale ! »

    « Ça peut arriver mais surtout les tuyaux ne sont ni changés ni nettoyés … ils ont plus de 40 ans ! »

    « Il faut donc empêcher l’eau de se salir en y ajoutant du chlore . »

    « Lorsqu’il pleut, l’eau de la nappe monte très rapidement mais les alluvions n’ont pas le temps de la filtrer correctement, l’ajout de chlore devient donc une nécessité. »

    Synthèse :
    Pour terminer la séance, l’accompagnateur propose aux élèves de compléter un dessin de synthèse regroupant l’ensemble des connaissances.

    10000000000003200000021240580087-55400