Vous êtes ici  :   Accueil > S'informer > La page de l'inspection
Connectez-vous

Accueil

La page de l'inspection

Publié le 11 mai 2020

Écrire à l'auteur

Le  lundi 11 mai 2020

Prendre appui sur la dimension réflexive des élèves : auto-positionnement de leurs apprentissages

Auto-positionnement, dimension réflexive, enseignement explicite, maîtrise des compétences

  •  

    Proposition : un outil pour impliquer l'élève dans ses apprentissages et le conduire à produire un point d'étape dans la maîtrise des compétences du programme

     

     

     

    En parallèle des évaluations diagnostiques  qu'il est possible de mettre en place à la rentrée 2020, il peut être intéressant d’amorcer une démarche d’appropriation des compétences par les élèves.

     

    En effet, les compétences ont vocation à :

    -       enclencher des mécanismes et des stratégies réflexives dont l’élève prend conscience lors des activités proposées en HGEMC. Ainsi « comprendre un document » ou « analyser et comprendre un document » est pensée pour être une compétence pérenne en-dehors du champ disciplinaire.

    -       indiquer les objectifs à long terme des apprentissages en HGEMC. Ainsi « se repérer dans le temps » dépasse l’objectif de l’apport de connaissances d’un chapitre d’histoire ou de géographie.

     

     

    Dans cette optique, nous vous proposons de nourrir les mises en œuvre pédagogiques de l’année 2020/21 à partir de ce que les élèves considèrent comme « leur niveau de maîtrise ». On pourrait donc leur laisser la main pour construire un état des lieux de leur niveau dans les différentes compétences, au terme de cette année si singulière (2019-20).

     

     

    Les mises en œuvre pédagogiques gagneraient à laisser les élèves exprimer ce qu’ils maîtrisent dans une compétence notamment pour préciser quels en sont les contours pour eux. Ainsi, répondre à la question « je sais présenter un document mais de quelle compétence cela relève-t-il ? » lève les éléments implicites, freins aux apprentissages et dont la continuité pédagogique a bien montré les effets pervers. Elle permet aussi de construire et de fixer une méthodologie d’analyse à long terme.

     

     

    Les élèves peuvent ainsi compléter les documents proposés en évoquant notamment par compétence : 

    -       Leurs points d’appui, i.e. « ce qu’ils savent faire » (travail collaboratif, présentation des documents, prise de notes, langage cartographique etc.)

    -       Leurs axes à travailler pour l’année i.e. « ce qu’ils doivent améliorer » (rédiger, structurer une argumentation, retenir une définition, une date etc. …)

    -       Et toujours au sujet de l’implicite que véhicule l’enseignement, nous avons fait le choix de laisser dans le tableau une possibilité à l’élève pour dire qu’il ne comprend pas la compétence visée ; ce type de réponse s’avère très utile pour le professeur lorsqu’elle est formulée.

     

     

    Au delà de l'appréciation du niveau de maîrise des compétences opérée par les élèves eux-mêmes, cet outil pourra alimenter chez les professeurs la construction d’une pédagogie différenciée au plus près des besoins des élèves et les mises en œuvre en groupes de besoins.

    Partir de ce que l’élève dit savoir faire et fixer de concert des objectifs d’apprentissage réalistes, que l’élève comprend et auxquels il adhère, tout ceci contribue à des progressivités acceptées et motivantes, différencie de facto l’ensemble des activités proposées, et facilite l’autoévaluation.

     

     

    Les supports ont été réalisés pour :

    - en cycle 3, la classe de 6ème

    - en cycle 4, les classes de 5ème, 4ème et 3ème

    - au lycée, en histoire et géographie, les classes de 2nde, 1ère voie G et T, Terminale

    - au lycée et en HGGSP, la classe de 1ère

     

    Tous les supports sont accessibles dans l'onglet "Documents" ci-dessus.