Connectez-vous

Accueil

Continuité pédagogique Région académique Ressources et usages Réseau académique Collectivités territoriales Pédagogies innovantes Hybridation Offres de services Publications Usages responsables

Je code pour ma planète

Publié le Oct 1, 2021

Écrire à l'auteur

Le  Friday, October 1, 2021

Je code pour ma planète, 3e édition

Les élèves et les enseignants ont su s’adapter pour continuer malgré un environnement peu favorable. Cette année 5 classes ont pu finaliser un projet en lien avec le développement durable.

  • Je code pour ma planète, 3e édition

    La troisième édition de l'action "Je code pour ma planète" a été perturbée par le contexte sanitaire, cependant 5 classes ont pu finaliser un projet en lien avec le développement durable.

     

     

     

    En cycle 2

     

    Des élèves en classe de CE2 à l’école Saint Henri Rabelais à Marseille ont découvert la programmation avec leur enseignante Virginie Klakiewicz. Le projet complet est de construire une mangeoire qui mesure la biodiversité. Mais avant cela, il faut apprendre à programmer. Cet apprentissage se fait cette année avec la programmation d’un petit jeu "Attrape oiseaux".

     

     

    Conception et test du jeu « Attrape oiseaux »

     

       

     

    En cycle 3

     

    Deux projets ont été réalisés, celui de la classe de CM2 de l’école Saint-Henri Rabelais (enseignant : Thomas Jeambrun) et celui d'une classe de sixième du collège François Villon (enseignant : Alexandre Castanet).

     

    Les CM2 ceux sont initiés à la programmation en codant une station météo qui mesure la force du vent et la pluviométrie. Les sixièmes ont programmé un conductimètre pour aider les agriculteurs à bien doser l’engrais dans l’eau des plantes.

     

     

    En cycle 4

     

    Deux projets ont également été réalisés : celui d'une classe de quatrième du collège Louise Michel à Marseille (enseignant : Mustapha Laissouf) et celui d'une classe de quatrième du collège Mont Sauvy à Orgon (enseignante : Cécile Kasseyet).

     

    Les premiers ont construit un système de lampadaire urbain très économe qui n’éclaire qu’au passage des piétons. Les deuxièmes ont imaginé un système d’économie d’eau d’arrosage organisé autour d’un robot testeur d’humidité des cultures.

     

     

    Présentation du projet "Un robot pour économiser l’eau"
    par les élèves de 4e du collège Mont Sauvy à Orgon