Connectez-vous

Accueil

Continuité école-collège

Publié le Jul 5, 2012

Écrire à l'auteur

Le  Thursday, July 5, 2012

Continuité école - collège

Groupe de travail

  • Le groupe de travail Continuité école - collège se donne deux orientations essentielles :

     • produire des progressions communes cycle 3 – 6ème dans le domaine de l’étude de la langue (notamment grammaire et lexique) 

     • définir une typologie des « aides » didactiques possibles lorsque des difficultés sont constatées dans le domaine de la langue.

    Les documents qui seront produits, de nature théorique ou didactique, auront pour vocation d’alimenter la réflexion lors des liaisons écoles -collèges.

     Composition du groupe, placé sous la responsabilité de Philippe Desvaux, IA-IPR de Lettres :

    Pierre-Louis Cacciaguerra (IEN Briançon)
    Eliane Chomery (IEN Cavaillon)
    Philippe Desvaux (IA-IPR Lettres)
    Anne Guerpillon (alm, collège Mignet Aix en Pce ; chargée de mission d’inspection) 
    Olivier Hoffalt (IEN Marignane) 
    Emilie Pons (alm, collège Mont d’Or Manosque) 
    Nicolas Saint-Girons (clm collège Ferrandi Septèmes les vallons ; Iufm) 
    Katia Tortorolo (clm collège Ed. Rostand 13013 Marseille )
    Alain Yaïche (IA-IPR adjoint à l’IA-DSDEN 13)

     Journal du groupe de travail

    Relevé de conclusions faisant suite à la séance du 8 décembre 2009

    Si la maîtrise de la langue s’apprécie fondamentalement lorsque l’on observe les compétences de discours oral, d’écriture et de lecture, la question d’un enseignement spécifique de la langue (vocabulaire, grammaire et orthographe) reste entière, posée par les programmes d’enseignement respectifs du premier et du second degré.
    La difficulté à mettre en œuvre, du Ce2 à la 5ème, un enseignement de la langue harmonisé dans ses progressions, dans ses démarches, dans sa nomenclature et dans ses prolongements définit le domaine de réflexion et de travail du groupe. 

    ♦ Modalités générales du travail

    Le choix est fait de rechercher 3 « réseaux » interdegrés volontaires, associant professeurs des écoles et professeurs de collège, et s’engageant à mettre en œuvre un enseignement de la langue défini dans sa continuité, ses contenus et ses démarches par notre groupe de travail. Une cohorte sera ainsi suivie pendant plusieurs années à partir du Ce2 ; mais des contenus seront également conçus dès la première année pour les différents niveaux.

    Ce travail s’inscrira dès la prochaine année scolaire dans le cadre des stages LX (liaisons interdegrés) du Paf.

    Dès à présent le groupe s’engage dans l’élaboration des outils didactiques nécessaires. 

    ♦ Trois « réseaux » sont envisagés autour de trois collèges

    collège Edmond Rostand à Marseille (RAR), 
    collège du Pays de SorguesLe Thor 
    collège Vauban
    , Briançon

    Le groupe procèdera sans attendre aux consultations nécessaires. 

    On retient l’hypothèse d’associer au groupe de travail un enseignant (ou un conseiller pédagogique) de chacun de ces réseaux. 

    Avant la fin de la présente année scolaire, un état des lieux de l’enseignement de la langue dans chaque réseau pourra être établi, notamment à partir de visites croisées dans les collèges et les écoles.

    Les outils élaborés, testés et validés dans ce cadre seront diffusés sur le site académique Maîtrise de la langue et sur les sites départementaux ; ils seront systématiquement présentés et exploités dans les liaisons école-collège ; des actions de formation spécifiques au 1er et au 2nd degré les prolongeront.

    ♦ Contenus du travail 

    Pour éviter une dispersion stérile, surtout au début des travaux du groupe, le choix est fait de s’en tenir à l’enseignement de la grammaire. La question, particulièrement importante, de l’enseignement du vocabulaire n’est pas écartée ; ce domaine sera abordé ultérieurement, lorsque le travail grammatical sera suffisamment engagé.

    Le point de grammaire retenu est : l’analyse de la phrase (du Ce2 à la 5ème).

    ♦ Cahier des charges du groupe :

    Il est convenu de définir pour chaque niveau 

    • une progression pour cet enseignement (qui n’est pas le seul point de grammaire à aborder dans l’année) :

    Quelle prise en compte au début de ce qui a été réellement appris précédemment ? Quelle décomposition didactique de la notion (pour la mise en place des pré-requis) ? Quel ordre et quel rythme pour les différentes leçons à conduire ?

     une démarche (éclairer concrètement ce qu’on peut appeler une « leçon » de grammaire) :

     adopter une nomenclature commune et stable ; choisir des corpus d’observation cohérents et pertinents ;définir une procédure précise d’observation réfléchie de la langue (savoir questionner la langue à partir de tests adéquats, « manipuler » les énoncés pour préciser les observations, avancer vers une conceptualisation, formuler des définitions) ; • anticiper les difficultés des élèves (par exemple les obstacles que constituent les représentations de certains termes comme « groupe » ou « objet »…).

    Concevoir des prolongements : dépasser les exercices de simple étiquetage, productions d’énoncés écrits (ou oraux) visant un effet orthographique et/ou « stylistique » de l’apprentissage grammatical stricto sensu.

    ♦ 
    Dans l’immédiat 

    mise en commun des ressources
     documentaires, théoriques, pédagogiques 
    (pour l’essentiel via internet) 
    … dont on peut disposer ;
    début d’élaboration d’outils didactiques (une leçon particulière, une ébauche de progression…), chacun s’intéressant à un niveau particulier