Connectez-vous

Accueil

racine

Publié le Jun 2, 2012 Modifié le : Feb 19, 2013

Écrire à l'auteur

Le  Saturday, June 2, 2012

Eco., thème 1, chap. 3, v_eleve

Cours M. Joubert. Aix-Marseille

  • Chapitre 3 : Que produit-on et Comment le mesure-t-on ?

    Plan du chapitre

     Introduction : D'Airbus à Air France...

    Partie 1 : Que produit-on ?

    Partie 2 : Comment le mesure-t-on ?

    Conclusion

    Vocabulaire du chapitre : Production marchande, production non marchande, bien, service, consommation intermédiaire, bien de production, bien de consommation, capital fixe, valeur ajoutée

     
    Introduction :  D'Airbus à Air France...

    Photo 1 : Assemblage d'un airbus

    Photo 2 : Hôtesse d'Air France

     airbus hotesse

    -          Que produit-on sur la première photo ? Sur la deuxième ?
    -          Qui est l'entreprise qui produit dans le premier cas ? Dans le second ?
    -          Qui sont les clients de l'entreprise dans le premier cas ? Dans le second ?
    -          S'agit-il de biens matériels ou immatériels ?
    -          En quoi consiste la richesse créée dans les deux cas ? A combien l'estimez-vous ?

    Partie 1 : que produit-on  ?

    A-   Comment distinguer un "Bien" d'un "Service" ?

    Document 1 : Bien ou service ?

     

    Bien

    Service

    Une baguette de pain

     

     

    Un vol Paris-Marseille sur Air France

     

     

    Une heure de cours de SES

     

     

    Une paire de chaussure

     

     

    Une consultation médicale chez votre médecin

     

     

    Une coupe de cheveux chez votre coiffeur

     

     

    B-   Comment classer les biens et les services

    Document 2 : Classer les biens et les services

    La consommation est une opération économique consistant dans l’utilisation immédiate de biens ou de services qui seront détruits dans ce processus. La consommation, qui se caractérise donc par la destruction immédiate ou progressive du bien à travers son utilisation, se distingue ainsi de l’investissement qui consiste à utiliser d’une façon durable des biens à des fins productives. […] La comptabilité nationale distingue une consommation finale et une consommation intermédiaire.

    La consommation intermédiaire (CI) représente la valeur du produit consommé dans les différents processus de production. Les produits utilisés comme consommation intermédiaire sont incorporés dans des produits plus élaborés (par exemple des pneus utilisés pour la production de voiture) ou détruits ou cours de processus de production (par exemple l’électricité dans la production d’aluminium). Les services peuvent être aussi utilisés comme consommation intermédiaire : par exemple, les services d’un avocat ou les services informatiques achetés par une entreprise. Pour qu’il y ait consommation intermédiaire, l’incorporation ou la destruction doivent être totales. Bâtiments et biens d’équipements ne peuvent donc pas être utilisés comme consommation intermédiaire puisqu’une partie seulement est usée dans le processus de production de l’année […]. La dépense de consommation finale est celle qui permet l’acquisition de produits utilisés pour la satisfaction directe des besoins individuels des ménages (consommation individuelle) ou collectifs (consommation collective). On suppose toujours que ces produits ne sont pas stockés mais consommés au moment de l’achat, même lorsqu’ils sont durables (automobiles, téléviseurs…). Pour les ménages, la définition de la consommation est conventionnelle […]. On décide de définir certaines opérations comme investissements (achats de logement et grosses réparations seulement), les autres étant des consommations […]. L’investissement est l’opération réalisée par un agent économique consistant à obtenir des biens de production (machines, bâtiments, équipements, etc…). […] Dans une entreprise, l’investissement est une dépenses destinée à maintenir ou accroître son potentiel productif. Il ne faut donc pas confondre investissement et consommation intermédiaire. L’investissement correspond à l’achat de biens qui vont servir plusieurs fois au cours du processus de production alors que les consommations intermédiaires (matières premières…) sont immédiatement détruites ou transformées dans ce processus. […]

    Source :  D’après J.-Y. Capul et O. Garnier, Dictionnaire d’économie et de sciences sociales, Hatier, 2002 et J.-P. Piriou, La comptabilité nationale, Coll. « Repères », La découverte, 2004

    QUESTIONS SUR LES DOCUMENTS

    1-      Mettre une croix dans la bonne colonne du tableau ci-dessus pour indiquer s’il s’agit d’un bien ou d’un service. Quel critère avez-vous utilisé pour effectuer ce classement (document 1) ?
    2-      Proposer une définition de « bien » et de « service » (document 1).
    3-      Qu'est-ce qui distingue une consommation finale d'une consommation intermédiaire ? Donner un exemple différent de celui du texte (document 2).
    4-      Un même bien ou service peut-il être dans certains cas une consommation intermédiaire et dans d'autres cas une consommation finale? Illustrer vos propos par des exemples (document 2).
    5-      Quel est le critère utilisé pour distinguer un "investissement" d'une "consommation intermédiaire" pour une entreprise (document 2) ?
    6-      Synthèse

    Partie 2 : comment le mesure-t-on ?

    Document 3 : Qu'est-ce que la production ?

    Pour l'INSEE, "la production est l'activité économique socialement organisée consistant à créer des biens et des services s'échangeant habituellement sur un marché ou obtenus à partir de facteurs de production s'"échangent sur le marché" [...] Certaines conditions doivent [donc] être réunies :
    - l'activité doit être organisée par la société; ce qui signifie qu'elle doit être légale et déclarée, [ce qui exclut les richesses créées dans le cadre domestique et celles qui résultent du travail au noir].
    - l'activité doit créer des biens et des services.

    Source :  Marc Montoussé, "La production, fruit du capital et du travail", Cahiers français n°315, 2003

    Document 4 : Qu'est-ce que la valeur ajoutée (document 2 p.22 du manuel Hachette)

    Document 5 : Comment mesurer la valeur des productions non marchandes ?

    il est [...] plus délicat de mesurer les services non marchands produits par les administrations publiques qui n'ont ni prix de vente ni, souvent, d'équivalent dans le secteur marchand. Aussi jusqu'en 1976, la comptabilité nationale ne comptait dans la production que les biens et les services marchands. on excluait de la sorte tous les services collectifs publics, qui pourtant satisfont des besoins essentiels (sécurité, éducation, santé, etc.). Par la suite, suivant en cela les recommandations de l'ONU pour l'harmonisation des comptes nationaux, la comptabilité nationale a élargi la mesure de la production aux services non marchands produits à l'aide de facteurs de production marchands (c'est-à-dire du travail salarié, des équipements achetés sur les marchés, des prestations de services payants, etc.) On peut en effet évaluer ces services non marchands par le coût des facteurs marchands qui ont contribué à leur production. Certes, la méthode est imparfaite dans la mesure où elle vient à considérer que plus la production du service est coûteuse, plus le service effectivement rendu augmente. Mais il vaut mieux accepter une mesure imparfaite dont on connaît les limites qu'ignorer complètement une part essentielle de la production nationale.

     Source :  Jacques Généreux, Economie politique tome 1, Hachette supérieur, 2008

     Document 6 : Comment mesurer les richesses produites ? (document 4 p.23 du manuel Hachette)


    QUESTIONS SUR LES DOCUMENTS

    7-      Que signifie l'expression "socialement organisée" au début du document 3 ?
    8-      Que sont les "activités domestiques évoquées dans ce document ? Donner des exemples. Ces activités sont-elles comptabilisées comme production (document 3)?
    9-      Qu'est-ce que le travail "au noir" ? est-il comptabilisé dans la production nationale (document 3) ?
    10-  Quels sont les critères utilisés pour distinguer les activités qui relèvent de la production au sens économique des autres (document 3) ?
    11-  Quelle est la différence entre "production marchande" et "production non marchande" ?
    12-  Quel est l'indicateur utilisé pour évaluer les productions marchandes (document 4) ?
    13-  Pourquoi utiliser cet indicateur plutôt que "la valeur de la production" (document 4) ?
    14-  Quelles sont les consommations intermédiaires d'un boulanger ?
    15-  Peut-on appliqué le même mode d'évaluation aux productions non marchandes ? Pourquoi (document 5) ?
    16-  Comment les productions non-marchandes sont-elles évaluées (document 5) ?
    17-  Expliquer le passage souligné dans le document 5.
    18-  Pourquoi peut-on dire que la mesure de la production est "conventionnelle" ?
    19-  Qu'est-ce que le PIB (document 6) ?
    20-  Synthèse