Connectez-vous

Accueil

racine

Publié le 04.02.2012 Modifié le : 03.02.2014

Écrire à l'auteur

Le  Samstag, 4. Februar 2012

Quel est le rôle de la banque centrale aujourd’hui ?

Dissertation, PES, gpe académiq., Aix-Marseille.

  • Dissertation s’appuyant sur un dossier documentaire


    Il est demandé au candidat :
    - de répondre à la question posée par le sujet ;
    - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ;
    - de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet, notamment celles figurant dans le dossier ;
    - de rédiger en utilisant le vocabulaire économique et social spécifique et approprié à la question, en organisant le développement sous la forme d'un plan cohérent qui ménage l'équilibre des parties.

    Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.


    SUJET

    Quel est le rôle de la banque centrale aujourd’hui ?

    DOCUMENT 1

    doc1 taux

    DOCUMENT 2


    doc2 euro

    Note de lecture : le pouvoir d’achat de 1 000 € en 2002 correspond au pouvoir d’achat de 1 144 € en 2010.
    Source : Insee. fr


    DOCUMENT 3
    doc3 inflation
    Source : le cercle.lesechos.fr, 07/07/2011


    DOCUMENT 4

    La faillite de Lehman Brothers (Etats-Unis)

    La dynamique négative de la crise [de 2008] s’accélère courant septembre : le 12 deux banques d’affaires, Meryll Lynch et Lehman Brothers, se trouvent à leur tour au bord de la faillite. La première est rachetée par Bank of America, mais la seconde ne trouve finalement pas de repreneur et le secrétaire d’Etat au Trésor américain, Henry Paulson la laisse faire faillite. La raison de cette décision est simple : les sauvetages successifs de Bear Stearns, Freddie Mac, Fanny Mae (agence de financement de l’immobilier hypothécaire) puis Merrill Lynch accréditent largement la thèse d’un « sauvetage » garanti pour les banques en cas de problème, ce qui peut les pousser à prendre des risques excessifs.
    Pour faire office de « contre-exemple » et rappeler au marché que rien n’oblige les pouvoirs publics à renflouer les banques, rien de mieux qu’une banque d’investissement de taille réduite [comme Lehman] : elle ne reçoit pas de dépôts de la part des particuliers et sa taille peut laisser penser que les dégâts collatéraux seront limités. Mais les conséquences d’une telle faillite ont été mal évaluées : elle fait chuter tous les marchés financiers mondiaux, amplifie la défiance réciproque des banques et, surtout, pousse le numéro un de l’assurance mondiale, AIG, au bord de la faillite.

    Source : Nicolas Couderc, Olivia Montel-Dumont, Des subprimes à la crise mondiale, La Documentation française, 2010.