Vous êtes ici  :   Accueil > Ressources > Numérique > Jeux sérieux

Jeux sérieux

Publié le Mar 14, 2013 Modifié le : May 5, 2018

Écrire à l'auteur

Le  Thursday, March 14, 2013

Jouer et apprendre : est-ce bien sérieux?

Quelques réflexions sur l'usage d'un jeu sérieux en classe d'anglais, par Ivy PARA, lycée A. Briand, Gap.

  • Ivy Para, Lycée Aristide Briand, Gap


    Jouer et apprendre. Est-ce bien sérieux ? Quelques réflexions sur l'usage d'un jeu sérieux en classe d'anglais.


    Les réflexions qui suivent sont issues d’un travail de Master 2 professionnel Didactique des Langues et Ingénierie Pédagogique Multimédia intitulé « En quoi l’intégration d’un Jeu Sérieux dans une séquence pédagogique accroît-t-elle la motivation et facilite-t-elle l’appropriation du contenu par l’élève : l’étude de cas de Play Against All Odds en 1ère S au lycée » à Université Stendhal – Grenoble 3.
    Utiliser les jeux numériques comme ressources d’apprentissage est de plus en plus un moyen privilégié pour accroitre la motivation et faciliter l’acquisition des connaissances de l’élève. Le fait d’inciter l’élève à ‘jouer’ et ‘apprendre’ est une démarche pédagogique innovante et intéressante. Dans ce contexte, un « serious game », qui est un jeu vidéo comprenant des objectifs pédagogiques, est donc une application informatique à prendre au sérieux.
    Tout au long du jeu, le joueur doit accomplir des missions dans un contexte éducatif prédéfini. Cet outil, intégré dans un scénario pédagogique, est un élément motivant qui permet à l’enseignant, lors du parcours d’apprentissage, de susciter l’implication de l’élève. Ce dernier finit par franchir les obstacles linguistiques et mieux s’approprier le contenu.
    Les jeux sérieux peuvent servir aux activités langagières préconisées dans l’enseignement d’une langue vivante, en particulier la compréhension de l’oral et la compréhension de l’écrit. L’élève peut pratiquer des activités qui lui apportent également des connaissances supplémentaires sur la civilisation ou la culture de la langue étudiée.
    Prenons l’exemple du jeu sérieux « Play Against All Odds », conçu par le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés et utilisé dans l’expérimentation conduite dans l’Académie d’Aix-Marseille en 2011-2012. La séquence construite autour du jeu sérieux porte sur la thématique des demandeurs d’asile (les notions du programme abordées sont « Espaces et Echanges » et « L’idée de Progrès ») et elle s’inscrit dans une démarche visant à rendre l’élève actif dans la construction de ses savoirs. A la fin de la séquence, les compétences et connaissances de l’élève sont sollicitées pour réaliser l’ultime tâche et ainsi comprendre la complexité du monde. L’élève doit être en mesure de réaliser le parcours proposé par le jeu, en toute autonomie, et ainsi se glisser, virtuellement, dans la peau d’un demandeur d'asile et prendre conscience des difficultés de son parcours. En effet, le jeu choisi fait partie des jeux engagés (ou détournés) qui ont pour objectif de dénoncer de façon directe des problèmes d’ordre géopolitique. Dans le jeu, le joueur se met dans la peau d’un jeune qui fuit l’oppression de son pays natal pour entamer une nouvelle existence dans un autre pays. Il doit subir les mêmes épreuves qu'un demandeur d'asile. Il doit ainsi subir l’arbitraire de nombreuses situations, comme c'est le cas pour beaucoup de demandeurs d’asile. C’est donc principalement un jeu de rôle et de réflexion. La capacité de l’élève à évoluer dans cet environnement, à comprendre le contexte et à accomplir toutes les activités en suivant les consignes en anglais apparaît suffisante pour attester de l’assimilation du vocabulaire et du
    Ivy Para, Lycée Aristide Briand, Gap
    contenu sur le sujet traité, d'autant que la situation présentée est assez complexe et n’est pas toujours explicite. Cela présente sans aucun doute un défi linguistique pour l’élève d’arriver à terminer toutes les activités du parcours. Au-delà de l'enjeu linguistique, ce jeu est un véritable outil pour que les notions de la citoyenneté et du respect de l’autre prennent du sens.
    A première vue, il est évident que, grâce aux leçons tirées de cette expérimentation, il est possible de rapprocher les idées conceptuelles des jeux sérieux aux grandes théories en matière de motivation et de modèles d’apprentissage. Le jeu semble constituer un facteur de satisfaction pour l’élève car chacun peut potentiellement tout réussir dans un jeu. Il construit et reconstruit en toute autonomie son apprentissage, par essai-erreur. Il est plus facile de dédramatiser l’échec qui est sans conséquence dans la réalité et de recommencer tout de suite sans trop se poser de questions.
    L’élève peut aussi interagir avec son environnement, et plus précisément avec d’autres apprenants pour dégager une stratégie commune la plus efficace possible. La situation-problème qui se trouve dans le jeu suscite un conflit cognitif chez l’élève qui s’impliquera davantage dans son propre apprentissage car il a trouvé un sens aux tâches à accomplir. Dans la mesure où l’élève voit un jeu enrichissant et intéressant pour son épanouissement intellectuel, il se responsabilisera et apprendra à se motiver. Ainsi ces élèves deviennent plus concentrés et plus impliqués lors du jeu. Ils construisent des stratégies pour résoudre des problèmes entre eux sans passer par l’intermédiaire de l’enseignant. Ceci reflète un progrès dans leur autonomie au travail car ils prennent des initiatives sans consignes préalables de leur enseignant. Ils apprendront et amélioreront leur compréhension du sujet. A partir de là, le processus est en marche et les savoirs se construisent.
    En ce qui concerne plus précisément l’expérimentation de « Play Against all Odds », les résultats des évaluations et des enquêtes menées dans une classe de Première scientifique confirment que le jeu sérieux propose les « ingrédients » nécessaires pour susciter davantage de motivation chez l’élève et facilitent l’acquisition des connaissances ainsi que l’appropriation du contenu. Il provoque chez l’élève du plaisir à apprendre car il véhicule un double sentiment de responsabilité et d'autonomie.
    Pour conclure, le jeu sérieux est sans doute un outil assez complet et adapté, illustrant les grandes théories consacrées à la motivation et à l’apprentissage de l’élève. Il facilite l’apprentissage dans la mesure où il engage l’apprenant dans la résolution de problèmes réels, il active les connaissances antérieures, il donne un sens et un contexte réel et justifié, il laisse une grande place à la pratique des nouvelles connaissances et au transfert de ces connaissances dans des contextes connus par l'apprenant. L’expérimentation de « Play Against all Odds » nous a donné l’occasion d’observer le comportement et les réactions des élèves face à cet outil. Même si l’échantillon reste trop faible d’un point de vue scientifique pour généraliser les résultats obtenus lors de la séquence, il est possible, grâce à l’attitude enthousiaste des élèves observée lors de notre intervention dans une salle de classe, avec l'appui des résultats du bilan académique sur l’expérimentation des jeux sérieux, d’affirmer que le jeu sérieux est un dispositif qui peut faciliter la création d’une atmosphère de travail
    Ivy Para, Lycée Aristide Briand, Gap
    incitant l’élève à se motiver. L’élève motivé s’approprie mieux les connaissances. Les résultats des évaluations de l’expérimentation en attestent. Il semble donc un outil innovant et pertinent pour un apprentissage efficace.
    Toutefois, il faudra être très vigilant concernant la pertinence de l’usage des jeux sérieux. L’intégration d’un jeu sérieux nécessite une réflexion approfondie sur le contenu de la séquence ainsi que la stratégie d’une mise en oeuvre « intégrale ». A l’instar de notre séquence intégrant le jeu sérieux « Play Against All Odds », la phase préparatoire qui prend en compte les concepts, notions ou le vocabulaire a été conséquente. Un jeu sérieux ne peut pas être utilisé tel quel. Son intégration en classe nécessite un contexte soigneusement créé au préalable par l’enseignent. Ce contexte est indispensable pour faciliter l’apprentissage de l’élève.