Connectez-vous

Accueil

Actualités Cycle 1 Cycle 2 Cycle 3 Cycle 4 Lycées Lecture Ecriture Oral Lexique / Etude de la langue Evaluation Formations/Séminaires Recherches-actions - Projets Archives Ressources formateurs CONTINUITÉ PÉDAGOGIQUE -COVID-19 Plan français

Philosophie

Publié le 28 oct. 2013 Modifié le : 11 déc. 2014

Écrire à l'auteur

Le  lundi 28 octobre 2013

L'argumentation en philosophie

Par le groupe de travail Maîtrise de la langue dans toutes les disciplines.

  • L’argumentation en philosophie

     

    Elle tient évidemment une place essentielle.

     

    Il n’y a au fond en philosophie que deux démarches, symétriques : transformer un problème en un texte supposé y apporter une réponse argumentée, soit ce que l’on appelle à l’écrit une dissertation ; saisir un problème dans un texte, soit ce que l’on appelle une explication de texte. Dans les deux cas, il s’agit d’argumenter, ou de saisir le mouvement et la portée d’une argumentation déjà élaborée.

     

    L’argumentation est donc l’un des aspects de « l’union substantielle » - clin d’œil cartésien lourdement appuyé – de « l’exercice réfléchi du jugement » et de « l’acquisition d’une culture philosophique initiale » qui sont les deux finalités de l’enseignement en terminale selon les programmes actuels.

     

    Ce caractère central, le lien indissoluble entre réflexion et culture, conduisent plutôt à ne pas proposer d’ « exercices argumentatifs », et à toujours lier l’argumentation à une démarche philosophique effective, d’approche d’un problème ou d’explication d’un texte. En revanche, l’attention peut et doit être portée à tel moment sur ce qui fait la valeur d’un argument ou d’une ligne argumentative. Mais la question générale de savoir ce qui fait qu’une argumentation est valide peut être précisément examinée lors de l’examen des notions de vérité ou de démonstration.

     

    De ce point de vue, et à la différence de la démonstration, conçue comme un pur processus logico-mathématique (d’où la question de savoir s’il y a des démonstrations en philosophie), l’argumentation a par essence un caractère dialogique, par où l’étymologie fait entendre non qu’il faut être deux, mais que, comme dans diaphane, quelque chose a lieu au travers du discours, de la raison, entre des pôles (au moins deux, ce qui permet de récupérer la distinction monologue/dialogue). Si l’on peut espérer que l’argumentation vise, non la persuasion, mais la conviction, et d’abord celle de celui qui la met en œuvre, la production d’un argument ou d’une suite d’arguments suppose une attention constante aux objections qu’elle peut susciter, ou aux limites qu’elle peut rencontrer (ce que vise la définition platonicienne de la pensée comme dialogue silencieux de l’âme avec elle-même).

     

    En ce sens, on pourrait opposer, comme le fait Deleuze, argumentation et dialogue d’un côté, discussion de l’autre : les dialogues platoniciens commencent vraiment quand la discussion s’arrête, et qu’une argumentation est proposée pour répondre à une question que la discussion initiale a fini par dégager, argumentation soumise à l’approbation du répondant.

     

    On peut dire que l’argumentation en philosophie, et en classe de philosophie, engage toujours les questions suivantes : 1° celle de sa cohérence logique ; 2° celle de sa pertinence par rapport à la question posée ; 3° celle de sa portée, que l’examen d’objections possibles permet d’établir, de restreindre, en particulier en se demandant dans quels cas, dans quelle mesure, ou à quelles conditions, ou en quel sens elle est pertinente. Cela revient à poser qu’une argumentation d’a pas de valeur absolue, ce qui ne veut pas dire qu’elle est juste subjective ou arbitraire, mais qu’elle est toujours relative à une certaine manière de poser un enjeu.

     

    Il n’y a pas de schéma argumentatif type pour la mise en œuvre de ces exigences. C’est pourquoi aucun plan n’est obligatoire, ni pour la dissertation, ni pour l’explication de texte.