Connectez-vous

Accueil

Actualités Cycle 1 Cycle 2 Cycle 3 Cycle 4 Lycées Lecture Ecriture Oral Lexique / Etude de la langue Evaluation Formations/Séminaires Recherches-actions - Projets Archives Ressources formateurs CONTINUITÉ PÉDAGOGIQUE -COVID-19 Plan français

Philosophie

Publié le Apr 13, 2014 Modifié le : Apr 25, 2014

Écrire à l'auteur

Le  Sunday, April 13, 2014

Espace

Philosophie

  • Le mot « Espace» dans les disciplines

     

    Philosophie

     

    Définition

    Emploi

    Contexte syntaxique

    Programmes

    Pratiques scolaires

     

    « Milieu où nous situons les corps et les mouvements ». En ce sens, synonyme d’étendue ou d’extension (Descartes), encore que l’étendue et l’extension concernent plutôt les corps, alors qu’espace peut avoir un sens purement géométrique.

    Cette définition envisagée par le Lalande marque la difficulté d’une définition sans pétition de principe, puisqu’un milieu peut être défini comme un espace déterminé. C’est ce qui conduit Descartes à en faire une notion « primitive ».

     

    2° portion de l’espace au sens du 1°) : un espace vert (à peu près synonyme de lieu). Métaphoriquement : un espace de liberté.

     

    3° l’espace entourant la Terre (la conquête de l’espace.

     

    Comme pour le temps, on peut distinguer espace mathématique, homogène, et espace vécu ou perçu, orienté (haut/bas, gauche/droite, devant/derrière) par la situation du corps.

    Comme pour le temps, la question se pose de savoir s’il faut concevoir l’espace comme un « milieu » réel dans lequel les choses adviennent, comme une propriété même de ces choses, ou comme une forme dans laquelle un sujet saisit ces choses.
     

    « L'étendue et le temps ne sont point séparables. Mais qu'est-ce dans notre perception que le temps ? Quand nous nous représentons l'étendue dans les choses, nous nous représentons notre puissance sur les choses, c'est-à-dire le pouvoir que nous avons d'atteindre des sensations qui actuellement nous manquent, et cela en passant par certains moyens ou intermédiaires. C'est donc la possibilité de mouvement de moi qui n'est pas représenté par l'étendue. L'étendue est la marque de ma puissance. Le temps est la marque de mon impuissance. Il exprime la nécessité qui lie ces mouvements de moi à tous les autres mouvements de l'univers. » Lagneau.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     La notion a disparu des programmes depuis plusieurs années, mais se trouve fortement mobilisée dans l’étude d’un grand nombre de notions (la perception, en particulier), ou lors de l’étude d’auteurs (Descartes, Kant, Locke...). La notion einsteinienne d’espace-temps est quelquefois évoquée dans l’étude du couple la raison et le réel.