Connectez-vous

Accueil

Actualités Cycle 1 Cycle 2 Cycle 3 Cycle 4 Lycées Lecture Ecriture Oral Lexique / Etude de la langue Evaluation Formations/Séminaires Recherches-actions - Projets Archives Ressources formateurs CONTINUITÉ PÉDAGOGIQUE -COVID-19 Plan français

Mathématiques

Publié le 13 avr. 2014 Modifié le : 25 avr. 2014

Écrire à l'auteur

Le  dimanche 13 avril 2014

Evénement

Mathématiques

  • Le mot « Evénement» dans les disciplines

     

    Mathématiques

     

    Définition

    Emploi

    Contexte syntaxique

    Programmes

    Pratiques scolaires

     

    La notion d’événement est liée en mathématiques à l’étude de l’aléatoire.

    Une expérience est dite aléatoire lorsqu’elle a plusieurs « issues » (résultats possibles), par exemple le lancer d’un dé. On appelle « univers » d’une expérience aléatoire l’ensemble de toutes les issues possibles de cette expérience (exemple : pile ou face pour le lancer d’une pièce de monnaie).  On appelle alors « événement élémentaire » tout élément de cet univers (exemple : obtenir un 4 en lançant un dé) et « événement » toute partie de cet univers (exemple obtenir un multiple de 3 en lançant un dé).

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Dans le cadre de l’étude d’une expérience aléatoire on parle :

    •  « D’événement élémentaire » (cf. définition à gauche) ;
    • De la « fréquence » d’un événement ;
    • De la « probabilité » d’un événement ;
    • « D’événement certain » (lorsque sa probabilité est 1) ;
    • « D’événement impossible » (lorsque sa probabilité est nulle) ;
    • « D’événements complémentaires » (événements dont la somme des probabilités est 1) ;
    • De deux « événements contraires » (un événement B est l’événement contraire de l’événement A lorsque la somme de leur probabilités est 1) ;
    • « D’événements incompatibles » (lorsque l’intersection de ces événements est vide).

    Dans le cadre du lien entre les disciplines scientifiques on peut parler « d’événement climatique ».

     

     

    Dans les programmes on parle :

    • Dès le collège du calcul de la fréquence ou de la probabilité d’un événement ;
    • Au lycée (terminale) de conditionnement par un événement de probabilité non nulle (calcul de probabilités conditionnelles) et « d’événements indépendants » ;

    De décrire des événements.